« Toi, tu creuses. »

Notes de l’auteur : Bonne lecture ! :D Je serais curieuse de savoir si tout le monde à la référence de ce nom de chapitre ;)

Eloann vit le trou s'élargir et s’attendait presque à voir un animal en sortir tant il avait l’air d’un terrier mais le lapin attendu n’était autre qu’un vieux monsieur, bien qu’il ait de très grandes oreilles.

« Salut les jeunes. Cette page me semble bien vide dîtes-moi. D’habitude, il y a quelques éléments qui se baladent, puis les gens abandonnent en cours de route... »

Maxence semblait prêt à lui défoncer le crâne au moindre geste hostile. Eloann ne l’aurait jamais avoué à personne, mais la présence du géant le rassurait. Pourtant, le danger n’était pas grand. Le petit homme qui finit par se hisser à travers le trou ne semblait pas très à l’aise sur ses jambes noueuses. Il s’assit par terre avec difficulté.

« Il va falloir agrandir le passage pour que ce jeune homme puisse s’y glisser », indiqua-t-il en désignant Maxence.

Il leur jeta ses outils et s’allongea comme pour faire une sieste.

« Vous pouvez vous débrouiller tout seuls à présent. »

Ils ne se le firent pas dire deux fois et commencèrent à agrandir l’ouverture. Qui sait si le vieux n’allait pas changer d’avis et les laisser se débrouiller. Eloann pourrait sans trop de difficulté se glisser hors de l’écran de chargement mais Maxence n’allait pas lui laisser la possibilité de lui fausser compagnie. Sans les outils qui permettaient de creuser les pages, ils étaient impuissants. Quelques instants plus tard, ils entendaient des ronflements.

« C’est plus solide que ça en avait l’air quand c’était le vieux qui travaillait, commenta Eloann.

— Tais-toi et creuse. »

Leur brève amitié s’était envolée maintenant que la perspective de sortir s’approchait. Maxence allait-il le massacrer dès leur évasion de l’écran de chargement ?

Le vieux eut le temps de compléter sa sieste avant qu’ils aient fini de dégager une ouverture assez large.

« C’est un métier vous savez. Pas la peine de vous apprendre les techniques à vous les jeunes. Modérateur n’est pas un job d’avenir mais je suis bien content d’avoir pu servir aujourd’hui. »

Eloann était presque ému face à ce vieux monsieur qui exerçait un métier qu’on apprenait plus à l’école mais dont on parlait dans les livres d’histoire. Ils le remercièrent comme ils le purent, cherchant des mots sympathiques à lui adresser mais les vieilles personnes avaient tendance à toujours trouver un moyen pour transformer chaque phrase en conversation gênante en y incluant la mention de leur propre mort.

« Ce n’est rien les jeunes. Tant qu’on n’est pas six pieds sous terre, on peut encore servir ! Je n’ai pas la place de vous prendre tous les deux avec moi mais maintenant que vous n’êtes plus coincés, vous devriez pouvoir vous en sortir sans moi. »

Ils n’eurent pas le temps de protester, le vieil homme sauta à travers le trou.

« Il ne faut pas le laisser partir ! » hurla Maxence.

Le vieil homme avait dit qu'il n'avait pas la place de les prendre tous les deux mais peut-être pouvait-il au moins prendre l'un des deux. Eloann n'était pas disposé à laisser passer sa chance. Lui était encore téléchargeable. Il avait la possibilité de reprendre une vie normale. Maxence pouvait bien pourrir quelques années sur cette page jusqu'à ce que quelqu'un le libère ou bien qu'elle soit détruite et lui avec. Il n'en avait rien à faire. Alors qu'ils se faisaient face, l'ouverture entre eux, Eloann vit en quelques secondes le visage de Maxence changer. Il avait fait la même analyse que lui. Eloann se rendait bien compte que leur différence de gabarit ne jouait pas à son avantage s'ils en venaient aux mains. Il pouvait compter sur un seul facteur : sa vitesse. N'hésitant pas une seconde, il sauta à la suite du vieux avant que le géant n'ait le temps de réagir. La page sur laquelle il arriva était entièrement blanche, comme l’écran de chargement. Cette copie n’était qu’une prison dans la prison. Il n’avait réussi que la première étape vers la liberté.

« Attendez ! cria Eloann en tentant de rattraper le modérateur qui montait avec peine dans son vaisseau. Il n’y a pas de liens ici ! Aidez-nous, s’il vous plaît. Prenez au moins l'un de nous !

— J’ai fait ce que j’ai pu. Bonne chance pour la suite. »

Il referma la porte de son vaisseau. Le jeune homme savait qu'il y avait peu de risque d'être blessé par le décollage alors qu'il était en version numérique mais il prit le parti de ne pas s'approcher. Maxence apparut derrière lui. Même avec l'ouverture agrandie par leurs soins, il avait eu du mal à passer. Il tenta de s'accrocher au vaisseau mais dès l'allumage des gaz, il fut repoussé par une onde de choc et retomba face contre terre. Le jeune homme hurla, plus par dépit et colère que par douleur. Le vieux décolla et Eloann vit s’éloigner dans l'espace leur espoir de quitter cette page.

Il se retrouvait seul alors qu'il venait de jouer au plus malin avec son partenaire de galère. Ils avaient tous les deux perdu.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Vous lisez