Niveaux d’encre faible. Affichez la file d’attente

Notes de l’auteur : Bonne lecture !

La construction commença le soir même et chacun mit la main à la pâte. Il fallait remplir les réservoirs des grandes imprimantes 3D à mesure qu’ils se vidaient en produisant les pièces. C’est ainsi que les membres de la bande commencèrent à se familiariser avec la méthode de rangement d’Aby. Si dans un premier temps, l’atelier leur était apparu comme un immense bordel, à y regarder de plus près, c’était un endroit extrêmement organisé.

« Les matériaux composites sont ici, vous trouverez une étiquette de couleur pour savoir quels matériaux sont agrégés à l’intérieur. Les métaux et les autres composants purs sont de l’autre côté. Ne changez surtout pas les choses de place sinon nous risquons de mettre les mauvais ingrédients dans les imprimantes. Même avec une bonne recette, ce serait une erreur irrattrapable, le vaisseau pourrait devenir trop lourd ou trop fragile.

— Les imprimantes 3D ne sont-elles pas censées faire le tri des matériaux elles-mêmes ? demanda Albane en ramassant un morceau d’or massif qui trainait sur un monticule d’objets jaunâtres.

— Les nouvelles oui. Celles-ci sont des centenaires alors il faut faire une partie du boulot pour elles. J’ai déjà prémâché le travail en triant. Il ne vous reste pas grand-chose à faire. Prenez garde à bien prendre les matériaux dans le bon tas. »

Au début, personne n’osait mettre quoi que ce fût dans les machines sans l’accord explicite d’Aby, de peur de causer l’échec de la mission par une erreur stupide.

« Je vous ai expliqué le système ! finit-elle par exploser. Prenez vos responsabilités et arrêtez de me demander avant de mettre chaque gramme dans la cuve ! »

Après ça, personne n’osa plus lui demander de l’aide et le travail accéléra à mesure qu’ils devenaient plus confiants et apprenaient la localisation des éléments.

Une heure plus tard, tous baillaient et se frottaient les yeux. Aby mit les machines en pause et les envoya tous au lit malgré les protestations.

« Nous continuerons demain. Travailler lorsqu’on est épuisé, c’est le meilleur moyen de commettre des erreurs. Il faudra aussi décider qui reste au sol et qui monte dans le vaisseau. »

Personne n’avait envisagé qu’il y aurait une décision à prendre avant que l’ingénieure ne le formule. Lina et Gaylor savaient déjà qu’ils partiraient, ils étaient les pilotes de l’expédition, donc indispensables. En revanche, tout le reste de la bande n’avait pas à venir. Il était même nécessaire que plusieurs personnes restassent à l’Université pour les couvrir, les aider d’un ordinateur en cas de besoin. Aby avait gagné sa place dans l’équipage et personne ne pensait plus à lui fausser compagnie.

Albane avait toujours pensé qu’ils partiraient tous ensemble alors même que cette solution lui paraissait stupide à présent. Elle avait toujours été plus à l’aise sur un ordinateur que sur le terrain, même lorsqu’il s’agissait d’un terrain numérique. Il serait plus utile qu’elle reste pour pouvoir les aider en codant de son côté en cas de besoin. De plus, elle avait une thèse à écrire…Même si elle se garderait bien d’avancer cette excuse au moment de la prise de décision.

Ludivine espérait qu’on ne lui demanderait pas de rester au sol. Contrairement à d’autres membres de la bande, elle n’avait pas de spécialité et ne pouvait pas réellement justifier pourquoi ils auraient besoin d’elle à bord. En tant qu’étudiante en tourisme spatial, elle connaissait assez bien l’espace que ce soit dans sa version physique ou numérique mais rien qu’une bonne carte et quelques calculs ne pussent remplacer. Elle avait bien en tête les temps de trajet selon la puissance du vaisseau et les kilomètres à parcourir mais ces informations pouvaient être transmises depuis le sol. Elle avait une nuit pour trouver des arguments.

Robin réalisait, lui aussi, qu’il n’avait pas d’arguments pour justifier sa présence dans le vaisseau. Il ne s’était pas posé la question non plus. Il était un homme d’action, toujours en mouvement, un grand sportif. Il ne se voyait pas patienter les doigts de pied en éventail sur Terre en attendant que les autres lui donnent des nouvelles.

Raphaël savait déjà qu’il n’avait aucune envie de partir mais qu’il allait le faire tout de même. Abandonner ses amis, pour le seul bénéfice d’être certain de ne pas manquer les cours n’était pas une assez bonne raison et il n’avait pas envie d’être lâche.

Le lendemain, après une nuit de réflexion, ils arrivèrent tous à l’atelier aux aurores. Les machines s’activaient déjà. Aby tentait seule de tenir le rythme pour les remplir.

« Bonne grasse mat’ ? » demanda-t-elle alors que le soleil n’était même pas encore levé et que seule une lueur rosâtre à l’horizon indiquait qu’on était proche du matin.

Ils ne firent pas de commentaire, trop occupés à contempler la forme du vaisseau qui se dessinait déjà dans l'entrepôt.

« Alors ? Qui vient avec nous ? demanda Aby.

— Je reste, annonça Robin à la surprise générale. Il faut bien que quelqu’un soit là pour justifier vos absences auprès des profs. »

Sa jumelle se retourna vers lui, incrédule.

« Comment ça tu restes ?

— Je ne servirai à rien avec vous.

— Dis plutôt que tu te dégonfles ! »

Aby coupa court à la dispute qui menaçait d'éclater.

« Merci d'être volontaire. Il n'y aurait pas eu de place pour tout le monde. Qui d'autre ? »

Albane se désigna. Cette fois-ci, aucune protestation ne s'éleva. Ils savaient bien qu'elle leur serait plus utile un ordinateur entre les mains. Les autres se tinrent silencieux en se jetant des coups d’œil à la dérobée.

« Je crois que nous avons notre équipage. »

 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Vous lisez