Monster cookie

Notes de l’auteur : Bonne lecture !
Commentaires et surtout critiques très appréciées ! Je veux m'améliorer !

La page avait explosé sous les yeux d’Eloann. Elle s’était déchirée comme une feuille de papier sous ses pieds. Eloann avait été projeté dans l’espace. Il se voyait déjà dériver une nouvelle fois dans le vide, le froid et le silence, jusqu’à rencontrer une nouvelle page, plusieurs jours plus tard s’il avait de la chance. Jamais s’il n’en avait pas.

La pensée que c’était la faute de ce livreur et de son cookie lui traversa l’esprit. L’attaque avait commencé au moment de son arrivée et l’explosion avait eu lieu au moment où il avait accepté. Était-ce réellement une coïncidence ? L’intrusion de cet algorithme de recherche sur la page avait pu avoir un effet sur ses défenses. En parvenant jusqu’à lui, il avait ouvert une brèche dans le bouclier d’anonymat qui les entourait. Un boule de culpabilité tomba dans son estomac, aussi lourde qu’une pierre. Il venait peut-être de détruire la vie de tous ces gens. Comment pouvait-il ressentir de la culpabilité alors qu’il n’était qu’un amas de données ? Pouvait-on réellement coder ce genre de sentiment ? Encore des questions auxquelles il n’aurait pas la réponse puisque l’occasion de rencontrer les spécialistes du codage lui passait sous le nez.

Au dernier moment, Eloann sentit quelque chose lui saisir la cheville et l’empêcher de tomber. C’était Lana. Accrochée à un morceau de menu déroulant, elle tentait de maintenir quelques éléments de la page ensembles et s’y agrippait avec l’énergie du désespoir.  

« Nous avons une page de liens de secours ! cria-t-elle alors que sa voix se brisait sous le coup de l’effort. Il faut que nous y parvenions avant que la page ne devienne un tas de confettis ! Et évacuer tout le monde !

— Qu’est-ce que je peux faire ? réussit à lui demander Eloann.

— Balance-toi ! Fais-moi confiance, je te tiens. Il faut que tu atteignes le morceau de page qui est là-bas. »

Eloann repéra l’endroit dont elle parlait. C’était un espace blanc dans une page dédiée à la bibliothèque qui tenait encore par miracle au reste de l’arborescence en miette. Il était loin mais il n’osa pas remettre en cause l’ordre de la jeune femme. S’il était la cause de ce désastre, mieux valait faire profil bas. De plus, il n’avait pas d’autre choix. C’était elle qui le tenait. Mieux valait faire ce qu’elle lui disait.

L’un des pieds retenu par Lana, la tête en bas dans le vide de l’espace, Eloann ferma les yeux pour se donner du courage et commença à se balancer à l’aide de ses bras. C’était plus difficile que ça en avait l’air. La page continuait de se disloquer sous l’effet de l’attaque de l’antivirus et le morceau sur lequel Lana était accroché s’affaissait parfois d’une façon soudaine qui compliquait la synchronisation de ses mouvements. On n’entendait plus les cris des habitants. Eloann espérait que c’était parce qu’ils avaient repris leur sang-froid et cherchaient à présent le meilleur moyen pour s’enfuir, leurs enfants virtuels sous le bras.

Alors qu’ils se balançaient violemment, sans prévenir, Lana lâcha la page tout en se cramponnant à sa cheville. Leur élan les propulsa vers le coin qu’ils visaient. Eloann s'écrasa contre la parois tandis que la jeune fille se réceptionna avec la souplesse d'un chat et commença à grimper le long de la page froissée dont des morceaux continuaient à tomber dans l'espace.

« Tu aurais pu me prévenir ! hurla Eloann.

— Pour que tu prennes peur ? Pas besoin. Ça a très bien marché comme ça. »

Le jeune homme n'eut pas le temps de protester. Il fallait qu'il la suive et l'effort physique que cela demandait ne lui permettait pas de parler et encore moins de râler. 

Lana avait passé beaucoup de temps dans sa forme virtuelle. Son code source avait commencé à s’adapter à son environnement et elle pouvait interagir de façon beaucoup plus intuitive qu’Eloann avec les éléments qui l’entouraient. Ils rejoignirent tant bien que mal la page principale qui servait de grande place aux villageois. Les habitants avaient fini par écouter les consignes de Lana et s’y étaient regroupés. Personne ne semblait prendre la situation en main, comme s’ils l’attendaient. Cette page centrale paraissait plus résistante que les autres. Elle n’était pas encore endommagée même si tous les éléments qui l’entouraient disparaissaient peu à peu.

Lana fendit la foule sans peine tandis qu’Eloann devait jouer des coudes. 

« J’ouvre la page des liens de sortie ! Un par personne sauf si vous êtes en famille. Si certains enfants sont seuls, ils n’ont pas le temps de chercher leurs parents. La priorité, c’est la sécurité ! Un adulte se désigne pour les prendre en charge lors du transfert ! Un peu de solidarité bon sang ! »

La foule se rapprocha, resserrant les rangs autour de la jeune femme qui tripotait ce qu’Eloann avait pris pour le nom de la place et qui était en fait en lien hypertexte vers le générateur de lien de secours. Il vit un enfant saisir la main d’un adulte. Celui-ci eut le réflexe de s’écarter mais en voyant le visage terrifié qui le regardait avec espoir, il se ressaisit et se força à afficher un sourire rassurant. Les habitants commencèrent à traverser, disparaissant dans un petit éclat de lumière.

L’antivirus devenait plus fort. Alors que le groupe s’était réduit à une dizaine de personne, le sol de la place s’effondra. Dans un pur réflexe, Eloann attrapa le générateur de lien. Il sentit cette désagréable impression d’être compressé puis expulsé comme s’il passait dans un tuyau d’arrosage. 


 

Il venait de se rappeler où il avait vu Lana et était à nouveau seul.

 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
ModesteContesse
Posté le 06/03/2021
J'aime bien l'action qui dure tout au long de ce chapitre ! La catastrophe, la panique sont ressenties aisément par le lecteur et on a peur de ce qui pourrait arriver, en même temps que les personnages. D'ailleurs, j'aime beaucoup le personnage de Lana, qui semble toujours garder son sang-froid et maîtriser la situation quoi qu'il arrive ! Est-ce parce qu'elle est une personne virtuelle ? Peut-être ! En tout cas c'est un personnage intéressant, j'aimerais savoir pourquoi elle particulièrement a décidé de demeurer dans ce monde virtuel...
A suivre ;)

Petites remarques et suggestions :
"elle tentait de maintenir quelques éléments de la page ensembles" --> ensemble (ça ne s'accorde pas) ;)
"qui tenait encore par miracle au reste de l’arborescence en miette" --> en miettes
" Eloann s'écrasa contre la parois" --> la paroi
"La foule se rapprocha, resserrant les rangs autour de la jeune femme qui tripotait ce qu’Eloann avait pris pour le nom de la place et qui était en fait en lien hypertexte vers le générateur de lien de secours." --> on ne comprend pas bien ce qu'elle "tripote" ici ! Peut-être mieux décrire ce que tient concrètement et physiquement Lana, pour rendre l'image plus claire ? Dire que ça ressemble à un bout de papier, ou des lettres flottant dans le vide, par exemple, je ne sais pas ?
"Alors que le groupe s’était réduit à une dizaine de personne" --> personnes
"Dans un pur réflexe" --> étrange formulation, j'écrirais plutôt "par pur réflexe" mais c'est comme tu préfères ;)

A bientôt j'espère, et bonne continuation !
Vous lisez