HoroPAscope juillet-août-septembre 2018

HOROPASCOPE : THE PROPHECY SPECIAL

Pour cette deuxième édition, après une horde de commentaires admiratifs à la limite du fanatisme, le cabinet Na&Lish a pu revoir à la hausse ses prix son souci de vous apporter des prédictions de qualité. En bonus de votre HoroPAscope tant attendu, nous vous offrons notre expertise scribouillesque.
De la même façon qu’il n’y a pas de fantasy sans prophétie, il n’y a pas d’avenir littéraire sans bestseller. Et devinez ce que les astres nous ont révélé, une nuit de tempête ? Chaque Plume a un bestseller en elle, déjà écrit, déjà bêta-lu, quelque part dans les limbes du temps futur. Prenez une inspiration et découvrez le succès qui attend en VOUS.

Encore un grand merci à Laure pour ses magnifiques dessins !

BÉLIER

Inspiration : L’envie est là, tellement forte qu’elle commence à vous donner mal à tête. Et pourtant, ça rechigne. La raison : votre histoire ne semble pas être à la hauteur de vos ambitions grandioses. Ne perdez pas courage ! Rappelez-vous pourquoi vous écrivez et laissez de côté (pour l’instant) vos fols espoirs d’adaptation cinématographique.

Correction : Vos relectures, toutefois, vous redonnent confiance en vous ; vous sentez que votre style progresse !

Vie PAenne : Heureusement, Jupiter veille à vous préserver de votre esprit critique lorsqu’il s’agit de votre vie sociale. Vous vous sentez encore plus à l’aise sur PA que d’habitude (est-ce au moins possible ??). Profitez-en pour accueillir les nouveaux et les contaminer avec votre bonne humeur !

*Votre prophétie* Votre énergie se retrouve dans vos écrits : dynamiques, rentre-dedans, ils explorent souvent le thème du pouvoir pour appuyer où ça fait mal. Les domaines de la politique, de la finance, du sport, ou bien l’administration PAenne seront bousculés par votre roman incisif. 
Son titre ? Les Perdants Mourront Sans Dents ; un thriller sans dents, mais aussi sans compromis.

Continuer la lecture HoroPAscope juillet-août-septembre 2018

Le statut des auteurs

Aujourd’hui, le PAen prend un instant (et un soupçon de votre propre temps) pour se faire le relai de l’actualité littéraire. En ce moment, et en particulier cette année, beaucoup de questions et de mouvements bouillonnent autour de la question du statut de l’auteur en France.

L’auteure Dorothée de Monfreid (Campagne 2016 « Dans la peau d’un auteur jeunesse » organisée par la Charte)

Si vous voulez explorer la question, voici quelques adresses qui pourraient vous intéresser :

#PayeTonAuteur

Il s’agit d’un mouvement initié par La Charte des auteurs et des illustrateurs pour la jeunesse et le groupement des Auteurs de Bande dessinée (SNAC) et qui a été relayé par les youtubeurs et les lecteurs à l’occasion du Salon du Livre de Paris au mois de mars.

© payetonauteur.com

Continuer la lecture Le statut des auteurs

HoroPAscope avril-mai-juin 2018

Lorsque la comète Eilish croise l’orbite de Nana se produit un phénomène cosmique qui ne peut s’observer que dans le ciel de Plume d’Argent : l’HoroPAscope. Parce que OUI, les auteurs sont des être humains (presque) comme les autres et qu’ils ont aussi le droit de connaître leur destinée intersidérale ! Toute l’équipe du PAen remercie Eilish, Nana et Laure pour cette fabuleuse contribution ♥

BÉLIER

Inspiration : Les astres vous sourient, et votre muse aussi ! Rien ne semble pouvoir arrêter votre flux créatif, hormis peut-être la batterie de votre ordinateur. Attention tout de même à l’influence tentaculaire de Jupiter, qui pourrait transformer votre joli roman de 70k en un monstre informe de 200k.

Corrections : Pour l’instant, vous vivez dans le monde innocent du premier jet mais le prochain transit de Saturne dans votre signe risque de vous faire déchanter.

Vie PAenne : Vous êtes tellement pris·e par l’écriture qu’un avis de recherche a été lancé sur PA. Le samu va bientôt toquer à votre porte.

Continuer la lecture HoroPAscope avril-mai-juin 2018

Finalisation #1 – Relecture et mise en forme

Dans le cadre de notre partenariat, l’agence Sélène nous a communiqué une liste des erreurs les plus fréquentes dans les romans en recherche d’éditeur. Nous avons conjointement décidé de vous transmettre chaque conseil de Sélène, accompagné de pistes de réflexion.

Le conseil de Sélène : relecture et mise en forme

Relecture. Il est important de se relire pour évacuer le maximum de fautes. N’hésitez pas à demander de l’aide à quelqu’un quand vous ne pouvez plus rien distinguer après le point final. Les conjugaisons et la concordance des temps sont les erreurs qui reviennent le plus fréquemment. Prenez garde également aux répétitions et n’hésitez pas à piocher dans les synonymes sans pour autant vouloir en faire trop.

Mise en forme. Pensez aux petits yeux fatigués de l’éditeur ! Il faut que votre texte soit aisé à lire. Pas de police à empattements ou originale ! Et n’hésitez pas à opter pour une taille de police élevée. De même, pensez aux interlignages. Ces derniers doivent être conséquents ! Pour préserver la vue de votre lecteur, mais également pour lui permettre de noter leurs remarques s’ils impriment votre texte.

Commentaire de Plume d’Argent :

Vous avez enfin, ENFIN, mis le point final à votre roman ? Félicitations ! Avant tout, ne faites surtout plus rien. Sortez-vous la tête du guidon. Laissez reposer tout ça quelques jours, quelques semaines même, le temps d’oublier le texte. Quand vous aurez pris du recul, alors rouvrez votre fichier. Vous êtes entrés dans la phase de finalisation. Fuyez, pauvres fous.

Continuer la lecture Finalisation #1 – Relecture et mise en forme

Personnages #3 – Les personnages secondaires

Dans le cadre de notre partenariat, l’agence Sélène nous a communiqué une liste des erreurs les plus fréquentes dans les romans en recherche d’éditeur. Nous avons conjointement décidé de vous transmettre chaque conseil de Sélène, accompagné de pistes de réflexion.

Le conseil de Sélène :

Ils ne doivent en aucun cas servir de faire valoir au héros. Il faut apporter le même soin à vos personnages secondaires qu’à votre personnage principal. Cela rendra les échanges riches et participera à rendre aimable vos intervenants.

Attention néanmoins à ne pas trop les multiplier. S’ils viennent s’ajouter au cours du récit ou d’une saga cela s’entend, mais il faut toujours faire en sorte que le lecteur ne se noie pas sous les informations.

Commentaire de Plume d’Argent :

Appartenez-vous à la catégorie des auteurs « maman poule » qui tombent systématiquement amoureux de leurs personnages secondaires ? Oh, au début, vous n’aviez pas prévu de leur attribuer un grand rôle. Puis vous leur avez donné un nom. Et le personnage, qui était supposé retourner dans les coulisses et ne plus en sortir, s’est incrusté sur scène. Comme tant d’autres avant lui. Au fond, tant que ces personnages servent votre propos, c’est qu’ils ont leur place dans l’histoire. Attention toutefois à ce que cette place soit la bonne.

Continuer la lecture Personnages #3 – Les personnages secondaires

Personnages #2 – les décrire… ou pas

Dans le cadre de notre partenariat, l’agence Sélène nous a communiqué une liste des erreurs les plus fréquentes dans les romans en recherche d’éditeur. Nous avons conjointement décidé de vous transmettre chaque conseil de Sélène, accompagné de pistes de réflexion.

Le conseil de Sélène :

On a le droit de ne pas décrire physiquement son personnage ou d’apporter uniquement quelques indications. En effet, un personnage peut s’appréhender par ses traits de caractère et/ou sa façon de parler, la description physique n’est pas une obligation. De plus, il ne faut pas sous-estimer l’imagination du lecteur qui bien des fois ne suit pas les indications de l’écrivain.

Par ailleurs, il existe de nombreuses manières d’amener une description physique des personnages. Il est préférable d’éviter la pause descriptive dans le récit pour détailler un héros ou un personnage secondaire. On peut au détour de nombreuses phrases donner des indications sur le physique de ces personnages : exemple : il passa la main dans ses cheveux bruns. Et cette description peut s’étendre dans le récit. Nul besoin de faire une pause narrative pour un exposé détaillé où vous décrivez la couleur des yeux, la forme des lèvres et les taches de rousseur.

Parfois seuls certains éléments suffisent : taille, couleur de peau. Et le reste peut aisément passer dans des attitudes, des tics ou encore une description brève des vêtements. En effet, il est impressionnant de voir le nombre de pensées qui se rattache à la veste en cuir, au costume, ou aux chaussures abîmées.

Commentaire de Plume d’Argent :

Il y a les répétitifs qui vous rappellent, à chacune de leurs apparitions, à quoi ressemblent tous les personnages de l’histoire. Il y a les flaubertiens qui peuvent vous consacrer un paragraphe entier sur un seul chapeau*. Il y a les minimalistes qui ne vous diront jamais, ô grand jamais à quoi ressemblent leurs héros – ou alors ils devront vous tuer après. Bref, les approches sont nombreuses quand il s’agit de décrire, ou pas, ses personnages.

Nous allons vous dire ce que nous avons souvent répété tout au long de ces co-conseils d’écriture. Il n’y a dans l’absolu ni bon ni mauvais choix. Ce qui est important, c’est d’avoir conscience de ce que vous voulez transmettre à votre lecteur. Si vous choisissez de décrire vos personnages, c’est donc que leur apparence a de l’importance : est-ce important pour vous ? pour votre perception de la scène ? pour l’intrigue même ? Et surtout, pourquoi est-ce important ? Quelle impression voulez-vous laisser de votre personnage à travers sa description ?

Continuer la lecture Personnages #2 – les décrire… ou pas

Personnages #1 – Définir ses héros

Dans le cadre de notre partenariat, l’agence Sélène nous a communiqué une liste des erreurs les plus fréquentes dans les romans en recherche d’éditeur. Nous avons conjointement décidé de vous transmettre chaque conseil de Sélène, accompagné de pistes de réflexion.

Le conseil de Sélène :

Si vous avez l’impression de maîtriser de mieux en mieux votre personnage au cours du récit, c’est que vous avez fait une erreur. Il est important de savoir de qui vous allez parler avant d’en parler ! Vous devez connaître vos personnages sur le bout des doigts avant de commencer votre récit. Si ce n’est pas le cas, ses réactions seront systématiquement caricaturales.

Brosser un portrait de chacun de vos personnages avant de vous lancer. Plus vous pourrez en dire sur eux, plus vous pourrez les cerner et ils perdront cette impression de flou qui gêne chaque écrivain en herbe. Attention, si vous vous devez de connaître votre personnage par cœur, ne vous sentez pas obligé d’en faire une biographie à votre lecteur. Il s’agit de doser les informations que vous jugez nécessaire de transmettre.

Vous devez être capable de brosser un portrait de chacun de vos intervenants. Qui est-il ? Est-il timide, joyeux, colérique ? A-t-il des passions ? Le dessin ? Le sport ? Les mandalas ? Est-il gourmand ? Comment se construit-il par rapport aux autres ?
Rendez-le humain et n’hésitez pas à montrer ses faiblesses ! Ainsi, il vous sera évident de les faire évoluer.

Un petit conseil, commencez par vos antagonistes. Vos héros portent un message qui coule de sens, car ils sont guidés par la gentillesse, l’empathie et la bienveillance. Les Antagonistes au contraire doivent être élaborés avec soin. Rien ne fait une meilleure histoire qu’un grand méchant dont on comprend la logique, même si elle est animée par une dynamique négative.

Commentaire de Plume d’Argent :

Certains auteurs concoctent des fiches « personnages » très détaillées et il y en a d’autres que ça bloque complètement. Dans un cas comme dans l’autre, il existe un phénomène connu de (presque) tous les auteurs : l’émancipation du personnage. C’est cet instant improbable où, malgré tout ce que nous avions prévu pour lui sur le papier, notre personnage fait un choix que nous n’avions pas vu venir. Hop, un pas de côté et nous voilà, auteur, tout déconfit. Peut-être agacé. Attendri, aussi. Mais oui, les personnages peuvent – doivent – évoluer en fonction de la dynamique du récit. C’est parfois en se frottant à l’action qu’ils se révèlent à eux-mêmes, et à nous. Ça fait partie de l’écriture et, pour beaucoup d’auteurs, ça fait même partie du plaisir de l’écriture.

Il y a toutefois deux grands moments où il peut être nécessaire de se poser des questions sur ses personnages. Le premier moment, c’est avant même d’avoir posé le tout premier mot de l’histoire : qui sont mes personnages et pourquoi font-ils tout ce qu’ils font ? Le deuxième moment, c’est quand le personnage est en train d’évoluer en contradiction totale avec ce qu’il était à la base : là, il y a certainement un réajustement à faire quelque part.

Dans tous les cas, on peut prendre un instant pour s’asseoir en face de son personnage, le regarder droit dans les yeux et faire le point avec lui. Voici quelques pistes de réflexion pour mieux cerner un personnage, inspirées en partie par l’Anatomie du scénario de J. Truby.

Continuer la lecture Personnages #1 – Définir ses héros

Récit #5 – Dialogues

Dans le cadre de notre partenariat, l’agence Sélène nous a communiqué une liste des erreurs les plus fréquentes dans les romans en recherche d’éditeur. Nous avons conjointement décidé de vous transmettre chaque conseil de Sélène, accompagné de pistes de réflexion.

Le conseil de Sélène :

On n’écrit pas un dialogue comme une description. Le dialogue c’est l’oral de votre écrit. Ils doivent sonner juste, en particulier lorsque vos héros sont jeunes et que votre histoire est contemporaine.

Un conseil, lisez vos dialogues à haute voix !

De même, inutile d’associer les dit-il ou dit-elle à chaque tirade. Si votre dialogue est équilibré, alors le lecteur ne se perd pas. Il en va de même pour les : S’écria-t-il, se plaignit, cracha, hurla… Il est mauvais d’en abuser. Chaque dialogue s’écrit dans un contexte et il est inutile de l’alourdir.

Commentaire de Plume d’Argent :

Nous n’avions pas abordé la question du dialogue dans notre co-conseil « Action, introspection, description ». C’est désormais chose faite. Chaque auteur accorde une place différente au dialogue dans son texte. Il met en scène l’interaction verbale (et non verbale dans une certaine mesure) entre deux ou plusieurs personnages de l’histoire. Il contribue non seulement à faire avancer l’intrigue de façon dynamique, mais il va aussi beaucoup nous en apprendre sur le tempérament et l’état d’esprit des protagonistes.

Continuer la lecture Récit #5 – Dialogues

Récit #4 – Action, introspection, description

Dans le cadre de notre partenariat, l’agence Sélène nous a communiqué une liste des erreurs les plus fréquentes dans les romans en recherche d’éditeur. Nous avons conjointement décidé de vous transmettre chaque conseil de Sélène, accompagné de pistes de réflexion.

Le conseil de Sélène :

LE RATIO DESCRIPTION / ACTION : Bien sûr il s’adapte au type de récit. Cependant, de manière générale, l’action ne doit pas dominer le récit. Les pauses dans l’action sont des éléments indispensables à la mise en place d’un récit.

L’ABSENCE DE PAUSES : Les pauses dans le déroulement de l’intrigue et dans l’action sont essentielles dans l’appréhension des personnages. Il faut laisser aux personnages l’opportunité d’analyser les situations dans lesquelles il se trouve et de ressentir les choses. Il doit pouvoir avoir peur, faire le point sur ses erreurs, progresser, être triste, reprendre espoir, se résigner…etc. Il est important de pouvoir développer des moments où votre héros s’exprime. Car ce sont ces moments-là qui font que le lecteur s’attache à vos personnages.
Sans ces passages, les personnages restent creux.

 

Commentaire de Plume d’Argent :

Il y a quatre grands « moments » qu’on retrouve dans les romans : le dialogue, l’action, la description et l’introspection. Ça n’a, bien sûr, rien d’une loi universelle. Il existe par exemple des full-dialogues et des zéro-description qui fonctionnent extrêmement bien. Mais voilà, dans la majorité des cas, votre personnage fait, parle, voit, sent, ressent, cogite, etc. La place que nous accordons à chacun de ces moments aura des conséquences sur le rythme du récit, sur son atmosphère et sur sa profondeur. Ce sont des techniques d’écriture aussi différentes que complémentaires et nous ne les maîtrisons pas forcément toutes de la même façon. Nous n’aborderons pas ici le dialogue qui fera l’objet d’un conseil à part entière, mais voici quelques pistes de réflexion sur les autres moments du récit.

Continuer la lecture Récit #4 – Action, introspection, description