Les enquêtes de Dédé #4

L’enquête du mois d’Avril : «Comment PA fait-il grandir ses Plumes et quel avenir peut-on imaginer pour cette communauté florissante ?»

C’est là que tout a commencé et que la rédaction a réagi…

Cricri a dit le 7 décembre 2017 : «Si vous lisez ce message, c’est que vous êtes en plein dedans : bienvenue sur le nouveau forum de Plume d’Argent ! En effet, nous étions en plein compte à rebours avec l’ancien forum dont les bugs se multipliaient et qui allait finir tôt ou tard par nous claquer entre les plumes. Nous avons essayé de copier-coller manuellement tous les messages de base, mais vous comprendrez qu’il nous a été impossible de tout transférer. Aussi, n’hésitez pas à faire votre propre déménagement en récupérant sur l’ancien forum vos anciens messages, vos vieux journaux de bord, les contributions qui vous tiennent à cœur et à les implanter ici. Nous comptons sur vous pour remplir les blancs, mettre de la vie, et surtout votre petit grain de folie, sur notre nouveau fofo !»

Une enquête qui pourrait chambouler l’intégralité de la communauté…

Plume d’Argent devient une machine si énorme que l’hébergeur du forum a cédé sous son poids. Un déménagement s’est imposé. Jusqu’où la communauté va-t-elle aller ? Si le forum ne cesse de croître, peut-il imploser ? C’est avec la plus innocence des inquiétudes que la rédaction a décidé de mener son enquête. Pour l’article, Eilish et Spacym ont accepté de répondre à nos questions.

Continuer la lecture Les enquêtes de Dédé #4

Sommaire du 1er trimestre 2018

Au cours des trois derniers mois, l’équipe du PAen a publié toute une série d’articles autour de la thématique GRANDIR, et plus encore. Si vous avez manqué ça à cause d’une indigestion de sushis, pas de panique, voici la rétrospective !

Sommaire PAen janvier-février-mars 2018

Continuer la lecture Sommaire du 1er trimestre 2018

Interview de Dédé

Salut les Plumes !

L’hiver et le froid battent leur plein, mais PA est toujours là pour nous réchauffer le coeur : que ce soit à coup de déménagement surprise ou de PaCNo ensoleillé !

De mon côté, je vous propose de découvrir un autre de ces phénomènes haut en couleur… merci d’accueillir Dédé !

 

1. Comment te présenterais-tu aux nouvelles Plumes qui nous ont rejoint dernièrement ?

Je commencerai par dire que ce n’est pas parce que je ne traîne pas trop dans la section «Présentation des patients» que je suis forcément sauvage. Je crois que je préfère faire connaissance avec les Plumes « en situation » : sur les journaux de bord, autour d’un topic ou sur le PAchat (la Shoutbox de Plume d’Argent). On fait énormément connaissance sur le PAchat. Et j’y suis connecté le plus souvent possible. J’ai même pris le réflexe de me connecter depuis ma voiture, entre deux cours, pour me redonner du courage quand il m’arrive d’en manquer cruellement. Bref, vous savez où me trouver si jamais ! Voilà !

Sinon, certains diront que tout ce qui se passe (en négatif) sur Plume d’Argent est de ma faute. Ne les écoutez pas ! C’est faux ! Et je ne suis ni dépravé ni nécrophile !

Maintenant que c’est dit, je peux aussi vous prévenir que j’ai à l’heure actuelle une bonne petit treizaine de projets à mon actif. Niveau scribouille, j’aime toucher à tout.

Entre deux projets d’écriture, je suis aussi journaliste pour le PAen. J’écris des Potins qui sont très attendus des Plumes. Pas plus tard que l’autre jour, on m’a demandé quand allait sortir le prochain numéro ! Protégez-moi de ces Plumes fanatiques ! Please…

Continuer la lecture Interview de Dédé

Flottons, mes bons

Ca, en français

Résumé :

Bill, Eddie, Mike, Stan, Beverly, Richie et Ben habitent Derry, dans le Maine ; à eux sept, ils forment les « club des ratés ».

Quelques mois plus tôt, le frère de Bill, Georges, a été retrouvé mort, un bras arraché. Ce n’est pas le premier enfant tué à Derry, même s’ils ont surtout tendance à disparaître. Peu à peu, les sept amis se retrouvent chacun confronté à une étrange créature revêtant l’apparence d’un clown.

Avis :

Je vais ici parler du roman, que je recommande chaudement à chaque fois parce que ce n’est pas exactement un livre d’horreur. C’est une histoire sur l’enfance, sur l’amour, sur l’âge adulte, sur les peurs, sur l’amitié… Avec un clown démoniaque, certes. Mais si deux tomes aussi longs vous rebutent, je vous encourage à voir le film (le plus récent). Voilà.

Continuer la lecture Flottons, mes bons

Grandir ?

Grandir. En littérature jeunesse, qu’est-ce que ça veut dire ? Gagner 10 centimètres ? Eh bien non, pas vraiment.

Généralement, les héro.ïne.s grandissent quand il y a émancipation de la famille. « Quelle famille ? » me dites-vous. Parce que oui, la littérature jeunesse c’est un peu comme un film Disney : les parents sortent vite du cadre. La perte des parents, c’est un passage fondateur et très clair pour le lecteur. Quoi de mieux qu’un.e orphelin.e ou que quelqu’un qui apprend la vérité sur sa famille pour le pousser à aller de l’avant tout seul ? Comme un grand.

Continuer la lecture Grandir ?

Dessine-moi… mon adolescence

W.I.T.C.H.

 

EH KIKOU

C’est à ce moment précis que toutes les Plumes et tous les Plumeaux qui sont allés au collège dans les années 2000 se lèvent en hurlant de joie, puisque W.I.T.C.H. agit à peu près de la même façon sur nos cerveaux nostalgiques que Pokemon Rouge, Bleu et Jaune ou un candy’up au chocolat.

En quelques mots

W.I.T.C.H. est une BD d’origine italienne, créée par Elisabetta Gnone et dessinée par Alessandro Barbucci puis Barbara Canepa (ils font ça à tour de rôle, on peut d’ailleurs voir certains changements selon la personne qui illustre). La série commence à connaître un tel succès que le magazine Minnie Mag qui la publie devient W.I.T.C.H. Mag de 2002 à 2012.

L’histoire, dans les grandes lignes

W.I.T.C.H. nous plonge dans deux univers parallèles : le nôtre et celui de Meridian. Alors que dans le premier, cinq adolescentes se découvrent de nouveaux pouvoirs, dans le second, le mal commence à s’étendre de manière alarmante. Finalement, les héroïnes finissent par comprendre qu’elles sont les gardiennes de Kandrakar, autrement dit qu’elles doivent protéger les deux mondes, le leur et l’autre, du mal qui les ronge.
Le nom du groupe vient des initiales de leurs prénoms (Will, Irma, Taranee, Cornelia et Hay Lin), ainsi que du mot witch qui, en anglais, signifie sorcière. Chacune développe un pouvoir lié à un des quatre éléments : Irma celui d’hydrokinésie, Taranee de pyrokinésie, Cornélia de géokinésie et Hay Lin d’aerokynésie, tandis que Will maîtrise l’énergie.

 

Quand les héroïnes grandissent avec nous

Pourquoi l’avoir choisie pour ce thème « GRANDIR » ? Je n’avais pas envie de parler seulement des personnages qui grandissent, mais de ceux qui vivent et évoluent avec les lecteurs, car ce sont mes préférés.
J’ai découvert W.I.T.C.H. au milieu de mes années collège et je me souviens que dès que la suite sortait, je l’achetais puis je courais chez ma meilleure amie lui en parler. On s’inventait des histoires, on dessinait les héroïnes, on imaginait qu’on avait nos gouttes astrales. Arrivées au lycée, nous avons dû laisser tous ces rêves derrière nous, mais je n’oublierai jamais ces cinq héroïnes qui ont eu des problèmes d’adolescentes finalement très similaires aux miens, qui s’embrouillaient avec leurs copines, qui se demandaient à quoi ressemblait l’amour, qui allaient sauver le monde après le goûter parce que, eh, qui l’aurait fait si elles n’avaient pas été là ?

Continuer la lecture Dessine-moi… mon adolescence