Des couples et des lettres

Un thème portant sur le couple, c’était une invitation à aller farfouiller dans toutes les littératures de toutes les époques et de tous les mondes, à la recherche de perles ! Nous nous sommes contentées d’un champ de recherches un peu plus modeste, mais il ne tient qu’à vous de partager vos propres perles dans les commentaires ou directement sur le forum.

Amoureux, meilleurs amis, tandems, duos… La liste est infinie, et voici les perles que nous en avons tirées !

Little Miss Sunshine GIF - Find & Share on GIPHY

Muh ♥

 

Beaucoup de grandes Dames se seraient d’ailleurs braquées devant son effronterie, mais Aessa se contenta de plisser les yeux, et Haccan fut tenté de traduire ça en sourire. Elle n’aurait pas toléré cette arrogance de la part d’autres employés et, fort de cette convictance, Haccan n’hésitait jamais à pousser sa chance.

Il avait eu de nombreuses occasions de s’entretenir avec la Ministre depuis qu’elle avait appuyé sa prime d’officier, un an plus tot, et très rapidement, les affrontements verbeux étaient devenus un rituel, presque une parade amoureuse. Il n’était pas sérieusement intéressé, et elle nonplus. Mais c’était divertisseux.

Danah – Moonshine

Continuer la lecture Des couples et des lettres

Perles de sagesse

L’apprentissage est une thématique tellement omniprésente dans la littérature que nous n’avons eu qu’à nous pencher pour en récolter quelques perles. Entre les leçons de sagesse d’Albus Dumbledore, que nous n’avons pas pu nous empêcher de glisser partout (et que vous êtes bien sûrs censés connaître par cœur pour le prochain contrôle-surprise), et des extraits peut-être plus surprenants, nous espérons que cette moisson vous satisfera !

 

– Bienvenue à Poudlard, dit le professeur McGonagall. Le banquet de début d’année va bientôt commencer mais avant que vous preniez place dans la Grande Salle, vous allez être répartis dans les différentes maisons. Cette répartition constitue une cérémonie très importante. Vous devez savoir, en effet, que tout au long de votre séjour à l’école, votre maison sera pour vous comme une seconde famille.

Harry Potter à l’école des sorciers – JK Rowling

 

Monsieur le directeur de l’école de Grand-champs,

Je voudrais être admis dans votre établissement, mais je sais que c’est impossible parce que mon dossier scolaire est trop mauvais. J’ai vu sur la publicité de votre école que vous aviez des ateliers de mécanique, de menuiserie, des salles d’informatique, une serre et tout ça. Je pense qu’il n’y a pas que les notes dans la vie. Je pense qu’il y a aussi la motivation.

Je voudrais venir à Grand-champs parce que c’est là que je serais le plus heureux, je pense.

Je ne suis pas très gros, je pèse 35 kilos d’espoir.

35 kilos d’espoir – Anna Gavalda

 

Avoir été aimé si profondément te donne à jamais une protection contre les autres, même lorsque la personne qui a manifesté cet amour n’est plus là.

Harry Potter à l’école des sorciers

 

On ne devient adulte que lorsqu’on a compris ses parents et qu’on leur a pardonné.

Oh, boy ! – Marie-Aude Murail

 

Les garçons m’apparaissaient comme des objets inconnus et intimidants. Je les imaginais comme dans les films, lisses, musclés, glabres, sauf peut-être la zone sexe, mais c’était un endroit auquel je me refusais à penser parce que c’était trop compliqué.

Et maintenant – c’est tout à fait différent. Ce sont des corps. Ce sont des gens.

La fabuleuse histoire de la mouche dans le vestiaire des garçons – e.Lockhart

 

Ce sont nos choix qui montrent ce que nous sommes vraiment, beaucoup plus que nos aptitudes.

Harry Potter et la chambre des secrets

 

– Vous voulez travailler, c’est ça ?

– Oui, monsieur.

– A quatorze ans ?

– Oui, monsieur.

Le principal essayait de garder un air imposant. Il était conquis. En quelques secondes, il avait compris que Louis appartenait à la race de ceux qui s’embarquaient à quinze ans sur des baleiniers.

Maïté coiffure – Marie-Aude Murail

 

Tu crois donc que les morts que nous avons aimés nous quittent vraiment ? Tu crois que nous ne nous souvenons pas d’eux plus clairement que jamais lorsque nous sommes dans la détresse ?

Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban

 

Encouragé par Samir, Jean-Hugues poursuivit son explication.

– Nous allons étudier ce que dit le message. Par chance, les Trois Baudets et Majid utilisent un code commun, à savoir la langue française.

– Tu nous avais pas dit ça, Majid, remarqua Samir.

– Bouffe-toi-la, la tienne de langue ! cria Mamadou du fond de la classe.

Jean-Hugues se demanda un instant si ses élèves et les Trois Baudets utilisaient bien le même code, mais il enchaîna tout de même.

Golem, tome 1 : Magic Berber – Elvire, Lorris et Marie-Aude Murail

 

Si tu veux savoir ce que vaux un homme, regarde donc comment il traite ses inférieurs, pas ses égaux.

Harry Potter et la Coupe de Feu (Sirius Black ♥)

 

Jack ne se vantait guère, à l’époque, du jeu auquel il se livrait les nuits de grand vent ; ces nuits-là, il enfilait les collants de danse de sa sœur, attachait un drap autour de son cou avec une épingle de sûreté et, ainsi déguisé, il se penchait à la fenêtre de sa chambre, les bras en croix pour faire semblant de voler comme les super-héros dont il dévorait les aventures à la télévision. Ce jeu avait trouvé une conclusion brutale, une nuit où, se penchant un peu plus loin que d’habitude, il était allé s’écraser sur la tonnelle de son père, détruisant ainsi les treilles torsadées, héritées, selon la tradition familiale, de pieds de vigne élevés à Monticello par le président Thomas Jefferson en 1804.

Ce soir-là, Jack avait découvert qu’il ne pouvait pas voler.

Disparition Programmée – Roland Smith

 

La jeunesse ne peut savoir ce que pense et ressent le grand âge. Mais les hommes âgés deviennent coupables s’ils oublient ce que signifiait être jeune.

Harry Potter et l’Ordre du Phénix

 

Il était censé anticiper et bloquer les attaques de sa camarade, mais elle était trop rapide et maîtrisait des enchaînements qui lui étaient inconnus. Il se retrouvait au sol à la fin de chaque assaut, alors qu’elle parait tous ses mouvements. James était trop fier pour admettre qu’il se sentait humilié. Elle était plus petite et plus jeune que lui. Et, comble d’horreur, c’était une fille.

Cherub, tome 1 : 100 jours en enfer – Robert Muchamore

 

Sais-tu à quel point les tyrans craignent les peuples qu’ils oppressent ? Chacun d’eux sait très bien qu’on jour, parmi ses nombreuses victimes, il y en aura forcément une qui se lèvera et frappera à son tour !

Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé

 

Jean-Hugues ferma les yeux de fatigue anticipée. C’était reparti pour une heure de corrida. À chaque point marqué, les gamins ne crieraient pas « olé ! » mais « aouah ! ».

– Sortez une feuille, dit Jean-Hugues, totalement démotivé. On fait une dictée.

– Oh non, m’sieur, pitié, pitié ! supplièrent Nouria et Aïcha, les mains jointes.

– J’ai toujours moins quarante avec vos dictées ! beugla Mamadou. C’est même pas la peine que j’écris ! Tu me mets la note tout de suite.

– Mamadou, ça suffit ! s’emporta Jean-Hugues. Donnez-moi votre carnet.

– Mais je vous ai déjà dit que je l’ai perdu, répondit le grand Black sur un ton indigné. PER-DU ! Comprendo ?

Jean-Hugues eut la sensation de toucher le fond.

Golem, tome 1 : Magic Berber – Lorris, Elvire et Marie-Aude Murail

 

Tu es le vrai maître de la mort parce que, la mort, le vrai maître ne cherche pas à la fuir. Il accepte le fait qu’il doit mourir et comprend qu’il y a dans le monde des vivants des choses pires, bien pires que la mort.

Harry Potter et les Reliques de la Mort

 

L’année dernière à Québec, j’ai passé des mois à apprendre la langue gutturale des Hurons, aidé par un Sauvage converti au nom chrétien de Luc qui m’initiait à ses difficultés. Il m’expliquait que pour arriver à maîtriser leur langue, il fallait d’abord que je comprenne le monde naturel autour de moi. Les Hurons, disait-il, ne vivent pas au-dessus du monde naturel mais en tant qu’élément de celui-ci. Posséder la clé de leur langue, c’est établir le lien entre l’homme et la nature. Voilà qui m’a fait bien rire. Il n’existe pas de langue qu’on ne puisse apprendre machinalement. Et Vous, Seigneur, Vous nous avez donné le monde naturel pour que nous l’exploitions et le dominions.

Dans le grand cercle du monde – Joseph Boyden

 

Bien sûr que ça se passe dans ta tête, Harry, mais pourquoi donc faudrait-il en conclure que ce n’est pas réel ?

Harry Potter et les Reliques de la Mort

 

 

Ça vous a plu ? N’hésitez pas à partager avec nous vos propres perles, on n’en a jamais assez !

À très vite pour de nouvelles aventures,

 

Vos dévoués Plumeporters

Mots-Mondes

Entre les moments forts du fofo, la prose inspirée des plumes argentées et les envolées lyriques d’écrivains célèbres, nous partons régulièrement à la cueillette des perles. Est-ce que vous vous reconnaîtrez ?

Ces citations ont été sélectionnées par Elka, EryBlack, Shaoran et Cristal autour du thème Environnement.

 

Le souci, avec les gouvernements, c’est qu’ils sont élus par des majorités qui n’en ont rien a foutre, de la biodiversité. Alors que les milliardaires ont tendance a s’en occuper. C’est important pour eux que la planète ne soit pas complètement bousillée, parce que ce sont eux et leurs héritiers qui auront assez d’argent pour en profiter, de cette planète.

Jonathan Franzen dans Freedom

 

Aessa Jynne-Lorry était une femme impressionneuse. Haccan aurait pu la trouver belle si, à l’instar de ses concitoyens, elle n’avait pas eu le visage criblé de plaquettes chromées. L’assemblance d’écailles qui s’étendait de sa gorge à son nez permettait la traitance des traces d’hydrogène que les Jupitériens ne parvenaient pas à dissocier de l’atmosfère confinée des Ceintures.

Danah dans Moonshine – Fictions Plume d’Argent

 

– Les hommes prennent ce qui leur a été offert, mais ils ne remercient jamais. Ils ne donnent rien en échange, comme si tout leur était dû. Ils en veulent toujours plus. Ce qu’ils empruntent à notre terre, à Anörre, sans jamais le lui rendre, ils le détruisent. Le désir de puissance devient toujours plus fort. Notre monde est gigantesque, nous n’avons pas encore pu délimiter ses contours, aussi les hommes cherchent à posséder déjà tout ce qu’ils connaissent, pour pouvoir s’étendre sur ce qu’ils ne connaissent pas. Ils veulent posséder un monde qui ne leur appartient pas, sur lequel ils ont été posés et autorisés à vivre. Les dieux sont bafoués par leur comportement, mais la nature l’est tout autant. Ce qu’oublient ces êtres humains orgueilleux, c’est que la nature a été créée par les dieux anciens et mise à notre disposition, pour peu que nous la respections. Les abords d’Adélos ne me donnent pas l’impression que la nature est respectée. Les sols sont retournés et exploités, les montagnes alentours sont creusées jusqu’à la moelle, et tout ça pour extraire… on ne sait quelle substance des entrailles de la terre !

Sierra dans Ulfur – Fictions Plume d’Argent

 

La poussière est partout. Elle scintille dans les rayons de soleil qui filtrent, elle se dépose lentement sur chaque recoin. Jack tousse. Ses poumons sont en feu, il n’arrive pas à reprendre sa respiration.

Il tente de calmer son cœur. La panique ne va rien résoudre. Il inspire une nouvelle fois, essaie de ne pas tousser. Ça fait un mal de chien, mais cette fois, il sent l’air dans ses poumons. Il répète l’opération deux, trois, quinze fois jusqu’à sentir son cœur revenir à la normale. Alors, seulement, il regarde autour de lui.

Il rentrait chez lui après une nuit au boulot, comme chaque matin. Il rentrait et ne rêvait que de s’effondrer dans son lit. C’est alors que les sirènes ont commencé à hurler dans toute la ville. Et puis…

Seja dans Les Pâtes froides – Fictions Plume d’Argent

 

Nous vous proposons aussi la découverte et l’exploration d’un nouvel environnement virtuel. Son nom de code : ALE. Alternative Life Experience. En voici quelques images.

L’hologramme disparut et dans un silence complet, des images vidéo défilèrent sur les quatre murs qui nous entouraient. Comme la bande-annonce d’un nouveau film catastrophe, A.L.E était en définitive notre planète ayant subi de grandes perturbations. Déluges, montées des eaux, effondrements, villes à moitié englouties, îles rayées de la carte, déforestations, invasions d’insectes, conflits armés… Bref, la totale.

Sophie G. Winner (alias Sophinette) dans ALE2100

 

— Léa, demandai-je à mon tour, pourquoi des robots sous forme de rhinos ?

La fillette tourna son visage constellé de taches de rousseur vers moi.

— L’explication est simple. On prédit la disparition de nombreuses espèces dès 2050. La plupart des grands mammifères se seront éteints, beaucoup seront en voie d’extinction. D’un autre côté, la robotique aura, elle, fait d’énormes avancées. Dans ALE, le gouvernement africain souhaite préserver son tourisme, qui tient la première place dans l’économie de certaines régions : il a donc décidé de camoufler ces disparitions en introduisant dans les parcs ce que l’on appelle des « ABots », contraction des mots « animal » et « robot ».

Sophie G. Winner (alias Sophinette)  dans ALE2100

 

Le sol. Cette pensée traversa tout à coup l’esprit du garçon sans qu’il ne parvînt à en comprendre l’intensité. Le visage de son oncle repassa devant ses yeux ; doucement, ses mots lui revinrent en mémoire. « C’est en bas » avait-il dit à propos des Enfers. Juste sous ses pieds… Shin se pencha précautionneusement au-dessus la portière pour jeter un coup d’œil en contrebas. L’océan des Enfers lui parvenait, tel un mirage happé dans le blanc laiteux des nuages, à peine perceptible.

Céline Chevet (alias Erinyes) dans Les Enfants d’Elyn

 

Les Mots du Changement

Entre les moments forts du fofo, la prose inspirée des plumes argentées et les envolées lyriques d’écrivains célèbres, nous partons régulièrement à la cueillette des perles. Est-ce que vous vous reconnaîtrez ?

Ces citations ont été sélectionnées par EryBlack autour du thème Changement.

 

 

– Très bien, tout est en ordre. Si vous avez des questions, des doutes, quoi que ce soit, je vous écoute.

Stanley haussa les sourcils, pris au dépourvu. Le type le fixait ; il se gratta nerveusement le bras gauche par-dessous le brassard et finit par répondre.

– Non. C’est bon. Merci.

– Vous être sûr de vous ? C’est une intervention très lourde que le Vaccin, j’espère que vous en êtes bien conscient. Ça va totalement changer votre vie, et vous ne pourrez pas faire mar

– Je sais, merci.

Il n’avait pas voulu être désagréable, mais ce type devenait trop insistant. Il croyait quoi ? Que Stanley était venu ici recevoir un truc aussi important que cette foutue piqûre juste parce qu’il avait vu de la lumière ? Bien sûr qu’il avait réfléchi aux implications. Il n’en avait pas dormi pendant des nuits entières. Alors maintenant qu’il était là, qu’il avait réussi à se décider, tout ce qu’il souhaitait c’était en finir. En finir au plus vite.

Kateyana dans De la putréfaction des cerveaux – Fictions Plume d’Argent

 

Normalement, si, pour une fois au moins, tout s’était passé dans la vie comme dans les rêves, mes « petits camarades » auraient dû tous ouvrir de grands yeux et se pincer pour se persuader qu’ils ne rêvaient pas en me voyant entrer demain, moi, Julia Fuchs, toujours bonne élève, toujours fayote sur les bords, mais amoureuse, c’est-à-dire revisitée des pieds à la tête par un souffle qui me donnait le vertige quand je jetais un coup d’œil en moi-même, agrandie, étirée, approfondie par une force de type volcanique qui transformait l’introspection la plus quotidienne en plongée spéléologique. Je n’étais plus la même, je le savais, ma mère le savait, mon père s’en fichait et Judith était trop petite pour s’en rendre compte, mais zut et rezut, ça se voyait comme le nez au milieu de la figure. Mon nouveau moi brillait de mille feux, comme récuré au Cif ammoniacal (…).

Je ne t’aime pas, Paulus – Agnès Desarthe

 

(…) le premier cri explosa en bas.

Un cri chargé de douleur et de terreur brute. Un cri qui venait de jaillir de la gorge de Lysander qui, pourtant, allait encore vaguement bien un peu plus tôt. Un cri monstrueux qui donna envie à Ismael de se précipiter en bas des escaliers pour le rejoindre. À la place, on lui demanda de pousser ce fichu piano pour condamner la porte. Il s’exécuta. Quand le second hurlement arriva à ses oreilles, il lui fit monter les larmes aux yeux. Au troisième il fonça s’enfermer dans les toilettes en espérant ne plus l’entendre.

Mais la voix de Lysander portait jusque-là, et il n’eut pas la force de sortir pour essayer de se planquer dans la salle de bain à l’étage. Assis sur la cuvette, il tendit l’oreille, impuissant, et l’impensable se produisit. Du cri de souffrance bien humain de son ami se mêla un autre, un borborygme indéfinissable qui se prolongea encore et encore. Il y eut un silence abominable, pendant lequel Ismael s’entendit sangloter, puis ça reprit. Brièvement. Juste assez pour qu’il saisisse.

Un hurlement de loup.

Le genre qui passait dans les vieux films ou les dessins-animés, qui ne sortait que d’un documentaire animalier. Mais il résonnait ce soir dans la cave des Lancaster. Ismael n’entendait plus Lysander, désormais, seulement l’autre qui grondait.

Elka dans Meutes – Fictions Plume d’Argent

 

(Le chat) – Hé ?! C’est quoi, ça ?
(Lou) – ?!?
– Mais ?!? Mais c’est des p’tits lolos !
– Hein ? Non mais non, je…
– Elle a des lolos, elle a des lolos ! ♫
– Chhhht ! On va t’entendre !
– Woa ça va hé, c’est pas grave d’avoir des lolos !
– C’est pas grave, mais ça fait flipper un peu.

Lou, tome 3 : Le cimetière des autobus – Julien Neel

 

Là, il visualisa une porte : le passage, c’était cela pour lui, cette porte à ouvrir pour se projeter au-delà de son espace physique. Il hésita un instant, sûr cette fois de ce que cela signifiait. Il pouvait encore refuser, faire demi-tour, rester lui-même comme avant. Cette « chose », sur laquelle il venait de mettre un mot, il l’aurait repoussée avec horreur, quelques semaines plus tôt. Mais tout était différent maintenant. (…)

Arthen se visualisa tendant la main. Il ouvrit résolument la porte ; il avança d’un pas, et pénétra dans la clarté.

Le monde extérieur entra en lui.

Rachael dans Les Héritiers Célestes : Arthen – Fictions Plume d’Argent

 

« Si tu veux vraiment sortir, il faudra te faire couper les cheveux. »

C’était le seul moyen que le jeune homme avait trouvé pour se débarrasser de la présence encombrante d’Ayleen. Il venait de la lui exposer alors qu’elle était toujours murée dans un silence boudeur. Cette proposition la fit pourtant réagir : elle lui lança un regard horrifié, trahissant ses émotions. Sacrifier la crinière de feu dont elle était si fière ? Hors de question ! Ces imbéciles ignoraient-ils donc que sa longueur était le symbole de sa suprématie ?

Slyth dans Une vie de château – Fictions Plume d’Argent

 

Avec une souveraine indifférence, le Mille-faces s’empara d’une chaise. Entre l’instant où il amorça un mouvement d’assise et celui où il prit place sur le siège, son corps s’était agrandi à la façon d’un élastique. De grosses moustaches en guidon lui poussèrent sur le visage comme un champignon, ses habits se muèrent en uniforme à brandebourgs et l’un de ses yeux dévia à l’intérieur de son orbite.

Les Disparus du Clairdelune – Cricrilameilleure (Si vous n’aviez pas reconnu, vous avez le droit de vous exiler.)

 

Que vois-je ? Est-ce Hermione ? Et que viens-je d’entendre ?
Pour qui coule le sang que je viens de répandre ?
Je suis, si je l’en crois, un traître, un assassin.
Est-ce Pyrrhus qui meurt ? Et suis-je Oreste enfin ?
Quoi ! J’étouffe en mon coeur la raison qui m’éclaire ;
J’assassine à regret un roi que je révère ;
Je viole en un jour les droits des souverains,
Ceux des ambassadeurs, et tous ceux des humains,
Ceux même des autels où ma fureur l’assiège ;
Je deviens parricide, assassin, sacrilège !
Pour qui ? Pour une ingrate à qui je le promets,
Qui même, s’il ne meurt, ne me verra jamais,
Dont j’épouse la rage ! Et quand je l’ai servie,
Elle me redemande et son sang et sa vie !
Elle l’aime ! Et je suis un monstre furieux !
Je la vois pour jamais s’éloigner de mes yeux !
Et l’ingrate en fuyant me laisse pour salaire
Tous les noms odieux que j’ai pris pour lui plaire !

Andromaque (Acte V scène 4) – Racine

 

Et pour finir, je vous invite à lire cette courte page de BD sur le blog du grand et glorieux Boulet. Avec plein de petits traits.

 

N’hésitez pas à partager vos propres perles dans les commentaires ou sur le forum ! Le changement, c’est une thématique universelle.

Ery

Les Mots de l’Espoir

Cette fin d’année nous aura fait vivre des moments difficiles. Les événements dramatiques de Paris nous ont tous – à un degré ou à un autre – affectés, inquiétés, questionnés. OUI, nous vivons une époque inquiétante mais NON, nous ne sommes pas obligés de vivre pour autant dans le noir. Bien trop souvent, les médias se font l’écho de nos peurs et, pire, les entretiennent. Pour cette raison, le journal Le PAen vous avait demandé votre contribution pour récolter les mots qui donnent de l’espoir, du sens et de la force. Merci de les avoir partagés avec nous !

 

db-gif-4dc7cab

 

« Le vent se lève, il faut tenter de vivre. »
Paul Valery

 

« Sam : C’est comme dans les grandes histoires, monsieur Frodon, celles qui importaient vraiment, celles où il y avait dangers et ténèbres. Parfois, on ne voulait pas connaître la fin car elle ne pouvait pas être heureuse. Comment le monde pouvait-il redevenir comme il était avec tout ce qui s’y était passé ? Mais, en fin de compte, elle ne fait que passer cette ombre, même les ténèbres doivent passer. Un jour nouveau viendra et, lorsque le soleil brillera, il n’en sera que plus éclatant. C’était ces histoires dont on se souvenait et qui signifiaient tellement même lorsqu’on était trop petit pour comprendre. Et je crois, monsieur Frodon, que je comprends. Je sais maintenant. Les personnages de ces histoires avaient trente-six occasions de se retourner mais ils ne le faisaient pas, ils continuaient leur route parce qu’ils avaient foi en quelque chose.

Frodon : En quoi avons-nous foi, Sam ?

Sam : Il y a du bon en ce monde, monsieur Frodon, et il faut se battre pour cela. »

Le Seigneur des Anneaux

 

« Tout ira bien ! »

Card Captor Sakura


« A-t-on besoin d’une raison pour aider quelqu’un ?”

Djidane, Final Fantasy IX


 » Et les rêves qui se sont envolés… Ne les oubliez jamais »

Yuna, Final Fantasy X

 

« Est-ce que tu pleures?
Si tu pleures ne sèche pas tes larmes
Car je ne sèche pas les miennes.
L’enfance est un couteau planté dans la gorge
Et tu as su le retirer.
À présent, il faut réapprendre à avaler sa salive.
C’est un geste parfois très courageux.
Avaler sa salive.
À présent, il faut reconstruire l’histoire.
L’histoire est en miettes.
Doucement
Consoler chaque morceau
Doucement
Guérir chaque souvenir
Doucement
Bercer chaque image. »

Wajdi Mouawad, dans Incendies

 

« On peut tout te prendre; tes biens, tes plus belles années, l’ensemble de tes joies, et l’ensemble de tes mérites, jusqu’à ta dernière chemise il te restera toujours tes rêves pour réinventer le monde que l’on t’a confisqué. »

Yasmina Khadra, dans L’attentat

 

« Deviens ce que tu es, fais ce que toi seul peux faire »
Nietzsche

 

« Regardez bien, regardez tous à quoi nous ressemblons lorsque la haine s’empare de nous. Moi, elle me ronge le bras, et elle finira par me dévorer vivant ! La colère et la peur décuplent la force du mal. »

« – Pourquoi es-tu venu jusqu’ici ? Dis-moi quelles sont tes intentions ?
– Porter sur le monde un regard sans haine. »

Le prince Ashitaka dans Princesse Mononoke de Hayao Miyazaki

 

« Votre cruauté engendre de la cruauté. Vous n’êtes pas supérieurs aux gens qui ont été cruels envers vous, vous êtes juste d’autres personnes cruelles. De nouvelles personnes qui vont être cruelles envers d’autres, qui vont finir par être cruelles envers vous. Le seul moyen de vivre en paix, c’est d’être prêt à pardonner. Pourquoi ne pas briser le cercle ? (…)
C’est une guerre. Ce sont toutes les guerres qui ont jamais été menées, juste là, sous votre nez. Parce que c’est toujours la même guerre ! Quand vous tirez pour la première fois, peu importe si vous vous sentez légitime, vous ne savez pas qui va mourir en face. Vous ne savez pas à qui seront les enfants qui vont crier et brûler. Combien de cœurs seront brisés. Combien de vies seront ruinées. Combien de sang se répandra jusqu’à ce que tout le monde fasse ce qu’il aurait dû faire depuis le début… S’asseoir et parler ensemble ! (…) »

Le Doctor, dans Doctor Who, saison 9 épisode 8

Perles & Citations horrifiques

Entre les moments forts du fofo, la prose inspirée des plumes argentées et les envolées lyriques d’écrivains célèbres, nous partons régulièrement à la cueillette des perles. Est-ce que vous vous reconnaîtrez ?

Ces citations ont été sélectionnées par Elka, Slyth et Danah.

 

 

On a probablement tort de penser qu’il peut y avoir une limite à l’horreur que peut éprouver l’esprit humain. Au contraire, il semble qu’à mesure que l’on s’enfonce plus profondément dans les ténèbres de l’épouvante, une espèce d’effet exponentiel entre en jeu.

Simetierre – Stephen King

 

J’ai grandi à Burbank, banlieue proprette de Los Angeles où les gens n’aiment que la norme : toute marque d’individualité les effrayait. A l’école, il y avait une classe pour les cas “spéciaux” ; je n’en faisais pas partie, mais ça m’a marqué qu’on puisse pointer des gosses pas spécialement attardés, juste différents. Je suppose que de là me vient cette profonde colère envers les étiquettes qu’on colle sur les gens. Dès l’enfance, on vous marque, on vous parque: celui-ci est un “physique”, celui-là un “intello”. Moi j’étais calme, solitaire, et j’aimais les films fantastiques. On m’a classé dans les “bizarres”.

L’Événement du Jeudi – Tim Burton

 

Plains ceux qui ont peur car ils créent leurs propres terreurs.

La ligne verte – Stephen King

 

Ils flottent, reprit le clown. En bas, nous flottons tous. […] Viens flotter avec nous.

Ça – Stephen King

 

Tu ne peux pas dormir. Tu n’oses même pas essayer. Tu ne sais pas vraiment pourquoi. Je suis une goule. Je rampe dans le noir, je me baisse et me faufile là où tu ne peux pas me voir. Mais moi je vois. Je vois ce que tes yeux ne peuvent pas voir. Et Je vois bien que Dame Sommeil est près de toi. Elle te tient.

Toluene dans Pietro et le nécrophage – Fictions Plume d’Argent

 

Mon corps entier est une plaie béante. Je sais que la créature est encore là, tapie dans le noir, préparant son dernier assaut. Je suis paralysée par la douleur et la terreur, une terreur que je n’ai jamais connue auparavant, une terreur aussi profonde et insoutenable que la certitude de ma mort imminente. Je perçois un son effroyable et je sais que c’est elle, que c’est la créature, qu’elle a décidé d’en finir avec moi.

Les Maudits – Edith Kabuya

 

This is Halloween, everybody make a scene
Trick or treat till the neighbors gonna die of fright
It’s our town, everybody scream
In this town of Halloween

This is Halloween – L’étrange Noël de Monsieur Jack

 

Les gens commençaient à discuter, et quand de l’autre côté des portes un gardien en treillis gris traversa le hall d’entrée de l’auditorium, de petits hourras satiriques s’élevèrent.
« De la vie sur Mars ! » lança l’un des deux garçons qui avaient fixé Janice Cray – Keith Frias – et qui allait avoir le bras arraché quelques minutes plus tard.

Mr Mercedes – Stephen King

 

C’était certainement du sang, il y avait pataugé sans s’en rendre compte. Ses pieds et le haut des chausses en étaient imbibés. Il suivit des yeux le lit de la rivière pourpre qui se divisait en petits vaisseaux subalternes à chaque pavé fracassé. Son cours butait régulièrement contre une forme noire, une masse atterrie là sans ordre, immobile.

Jamreo dans Cinq Lions de Cendres – Fictions Plume d’Argent

Perles & Citations

Entre les moments forts du fofo, la prose inspirée des plumes argentées et les envolées lyriques d’écrivains célèbres, nous partons régulièrement à la cueillette des perles. Est-ce que vous vous reconnaîtrez ?

Ces citations ont été sélectionnées par Elka et EryBlack autour du thème Sensation.

 

Soie douce et tiède
sous tes caresses furtives
s’érige et frissonne

Haïku de Aranck


Souffle chaud
Tes doigts sur ma peau
Frémissants

Haïku de Rachael

 

D’ordinaire ça me le fait quand je me veux me réveiller, mais n’y arrive pas. Je suis dans mon lit, ma chambre ressemble énormément à ma vraie chambre (sur le coup je ne remarque aucune différence), sauf que quand je veux allumer la lumière, rien ne se passe jamais, comme si les plombs avaient sauté. Je ne peux pas non plus ouvrir mes yeux complétement, ce qui fait que j’y vois vraiment pas grand chose (comme si j’avais trop pleuré et qu’ils étaient collés), et quand j’essaye de me déplacer pour trouver une source de lumière (ouvrir le store, trouver un briquet ou une lampe de poche) rien ne se passe comme prévu (… rien ne se passe tout court xD) et quand j’appelle dans l’escalier, personne ne me répond jamais.
Un très grand moment de solitude x’D

Beul dans Cette nuit, j’ai rêvé… – Forum Plume d’Argent

 

Je pense qu’une belle histoire d’amour doit être décrite et non racontée. En fait, j’aime bien quand on ne le dit pas explicitement, qu’on le sous-entend. Par exemple en décrivant des regards ou des pensées. Parce que, dans la réalité, personne n’est là pour te dire « Là, tu l’aimes » ou « Là, il t’aime ». Dans la réalité, on le ressent. Bref, c’est aussi comme ça que j’aime bien raconter les histoires d’amour.

DreamsAreLies dans Les histoires d’amour dans les récits – Forum Plume d’Argent

 

Il courait dans la froidure de janvier et qu’est-ce que ça pouvait faire du bien.
Son sac à dos bondissait contre ses reins à chacune de ses foulées, le balancement de ses bras marquait le rythme que sa respiration adopta immédiatement. Son cœur pulsa plus fort sous l’adrénaline, ses muscles chauffèrent et il dut rapidement ouvrir la fermeture de son blouson. Là, le vent s’engouffra dans son col, fit claquer les pans de son manteau et secoua ses cheveux déjà incoiffables. Lysander se laissait trop rarement aller et il ne savait jamais s’il devait haïr ou bénir l’euphorie qui l’étreignait alors.
Un humain éprouvait-il une telle joie quand il courait ? Se compromettait-il en l’exprimant ?

Elka dans Meutes – Fictions Plume d’Argent

 

Le parfum de Nordet lui manquait terriblement maintenant que la nuit s’avançait et que les vapeurs gagnaient en aigreur. Pour être franc, ça sentait la mort, ici. Les herbes en décomposition, la moisissure, les poissons rancis, les grenouilles et les œufs. Derdre n’osait même pas imaginer combien de miasmes dérivaient dans la brume, combien ils en avalaient à chaque inspiration courte et chaque goulée d’eau presque croupie. Les plaies, les fractures, il savait les guérir ; mais contre les saletés qui se multipliaient dans la puanteur grandissante, Derdre était impuissant.

Danah dans Ceo – Fiction Plume d’Argent

 

Le gif coup de coeur

gif
Quand je commence à me demander si FPA ne vient pas d’un autre monde… Ça expliquerait tellement de choses. (Mais genre TELLEMENT.) //proposé par Seja sur le Tumblr de PA//

Perles & Citations

Entre les moments forts du fofo, la prose inspirée des plumes argentées et les envolées lyriques d’écrivains célèbres, nous partons régulièrement à la cueillette des perles. Est-ce que vous vous reconnaîtrez ?

Ces citations ont été sélectionnées par Elka et Cristal autour du thème Esprit d’équipe.

 

Moi je dis, merci au programme aléatoire des modotes au destin de m’avoir donné un partenaire aussi barré

Qu’Est-ce que tu en dis Mister D? D’abord le concours Saint Valentin et puis, quoi? Le Monde?

De Céline dans Concours Saint-Valentin 2015 – Forum Plume d’Argent

 

Te mets pas la pression Tröllbadëry ! Nous serons ravies de te voir revenir en pleine puissance fongique, mais bien malheureusement, c’est difficile d’accorder tout le temps qu’on voudrait au PaNo (moi, par exemple, je pensais finir le boulot tôt, et j’ai perdu un temps monstre de manière parfaitement inutile à choisir le meilleur appareillage de briques pour le modèle 3D de mon projet . Le seul avantage, c’est que ce genre de frustration me donne méchamment envie d’écrire )

De Danah dans Les Tröllbadoürs en kilts de velours – Forum Plume d’Argent

 

— Bon. Vous allez d’un côté, moi de l’autre.
Pour une fois, Marina espérait que monsieur Falseflower participerait activement aux recherches.
— Malheureuse ! Nous séparer ?
— Moins fort, Taylor !
Il s’était collé à elle, arc-bouté sur la petite silhouette qu’il dépassait d’une bonne tête. Afin de changer de position avant de se faire surprendre par un monsieur Bodlicott dont ils n’auraient pas entendu l’arrivée, Marina s’élança sur l’allée centrale pendant que Taylor, hagard, s’accrochait à sa jupe pour ne pas se faire distancer.
— Pas si vite, pas si vite !
— Mais enfin Taylor, lâchez-moi !
— Désolé ma chère, chuchota-t-il sans obéir.

Fiesta sous les Mottes de Beul – Fictions Plume d’Argent

 

Lillian avait peur de se noyer au milieu de tant de rayonnement et de vie. Elles étaient parfaites… ils étaient parfaits : tous les trois. Elle pouvait presque voir la solide chaine qui les unissait et soudait leur cœur avec tendresse. Ne risquait-elle pas de disparaître complètement ? Elle qui n’avait jamais brillé que par l’obtention de bonnes notes à l’école, n’allait-elle pas devenir encore moins qu’un simple fantôme en côtoyant une aussi belle amitié toute la journée ? Parce qu’elle était belle, elle pouvait le voir. Il y avait quelque chose de très fort entre ces trois-là. Quelque chose que n’importe qui désirerait rien qu’en posant les yeux dessus. Cela n’allait-il pas la consumer de jalousie ?
« Ou pas… »

Earth Never Dies d’Elka – Fictions Plume d’Argent

 

Ces pensées l’accompagnent tandis qu’elle se lève ce matin-là. Elle s’étire, debout, un peu chancelante, pour retrouver au plus vite sa tonicité, sans cesser de gamberger. Déjà, quelques personnes un peu partout sur le globe s’excitent sur cette nouvelle pensée. Mais ça ne dure jamais bien longtemps. Un homme, quelque part en Océanie, lui pense que c’est un début intéressant et qu’elle devrait développer. Elle bâille pour toute réponse, un moyen efficace de dire « Fichez moi la paix, je ne suis pas nouveleuse ». L’homme ne se démonte pas, et commence une longue pensée qui paraît terriblement ennuyeuse. « Tout est ennui » conclut-elle. Elle ne lui prête pas plus d’attention qu’aux autres, ce qui est difficile puisqu’il s’adresse directement à elle, à travers les milliards de pensées qui traversent leurs deux crânes. Mais bien entendu, le reste du globe ne perd rien de leur embryon de conversation.

À la recherche de l’abstraction perdue de EryBlack – Fictions Plume d’Argent

 

— Nous sommes trois à jouer… et l’argent n’est pas le problème, même si chacun d’entre nous serait heureux de s’enrichir un peu.
Il se tourna vers moi et poursuivit :
— Nous formons une magnifique équipe, je ne suis pas sûr que tu en aies conscience. Nous sommes des privilégiés, Wave. Essayer cette interface… crois-moi… je connais au moins un millier de personnes qui voudraient être à notre place. Alors, dis-m’en plus. Qu’est-ce qui se passe ? Qui a conduit ta voiture et nous a montré ce raccourci ?
— Tu vas être déçu, Eo.

ALE Alternative Life Experience – Votre futur de Sophinette – Fictions Plume d’Argent 

 

 Le Gif coup de cœur

La terrible angoisse qui te prend avant de consulter pour la première fois le Trombi : y rencontrer le visage d’un prof / d’une détestable connaissance de colonie de vacances / de cette pouffiasse qui était dans ta classe / de ce touriste que tu as égaré l’autre jour en lui indiquant la mauvaise direction. //Proposé par EryBlack sur le Tumblr de PA

 

Il prit un livre recouvert d’épais maroquin vert joliment piqueté d’or. Il l’essuya avec sa manche, bien qu’il me parût dépourvu du moindre grain de poussière. Cérémonieusement, grand-père s’inclinat et me l’offrit. Je le regardai. De l’origine des espèces. Ici, dans ma propre maison. Je tendis les deux mains pour le recevoir. Il sourit. C’est ainsi que commença ma relation avec bon-papa.

De Jacqueline Kelly dans Calpurnia

 

A compter de ce moment, Hermione devint amie avec Ron et Harry. Il se crée des liens particuliers lorsqu’on fait ensemble certaines choses. Abattre un troll de quatre mètres de haut, par exemple.

De J.K. Rowling dans Harry Potter à l’école des sorciers

 

Ellana !
Impossible de savoir qui, le premier, avait crié mais le cri fut repris.
Ellana !
D’abord par plus de cent marchombres.
Ellana !
Puis par cinq cents guerriers enthousiastes.
Ellana !
Salim avait lâché Ewilan. Il gravit l’escalier en courant, trébucha,retrouva son équilibre par miracle, reprit sa course…
Ellana !
…se figea.
Elle pleurait. Des larmes irrépressibles noyaient ses yeux, ruisselaient sur son visage, coulaient. Encore. Toujours. Elle pleurait.
Ellana !
Salim aurait voulu la prendre dans ses bras, la serrer contre son cœur, lui hurler sa joie…
Ils sont tous là pour toi, lui murmura-t-il.
Il lui saisit doucement la main.
Nous sommes tous là pour toi.

De Pierre Bottero dans Le Pacte des MarchOmbres, T3

 

— Tu sais te servir de cette épée que tu portes, petit ?
— J’ai suivi l’entraînement, oui.
— Bien. Bien. L’entraînement. Bien. Alors, si on est attaqués par une bande de sacs de paille pendus à une poutre, je peux compter sur toi. En attendant, tu la fermes, tu gardes les oreilles à l’affût, tu ouvres l’œil et tu apprends.

De Terry Pratchett dans Les Annales du Disque-Monde, T28

 

Les perles de PA

Perles du forum Plume d’Argent :

Parce que des plumes qui papotent ensemble sur un forum dédié à l’écriture, ça vaut souvent le détour, nous vous proposons un aperçu de ce que cela peut donner. Voici les petites perles que nous avons sélectionnées pour vous dans ce numéro… 

« J’ai en tête l’image de poules qui pètent des paillettes maintenant. J’aimerais presque que la modération vous fasse une bannière de cet ordre xD. Presque. »

Par Beul (Les Princesses Poulpinettes Pailletées, 5 Aoû 2014)

« Vous pouvez marquer ça d’une pierre blanche sur le calendrier : j’annonce publiquement que je dois 1000 pièces d’or et un gros bout de mon âme à Sej pour sa patience et son aide inestimable ces derniers jours. Pour m’avoir supportée jusqu’à une heure du mat’ samedi dimanche, ne pas m’avoir envoyée balader alors qu’elle était au boulot, et n’avoir pas trop rigolé devant mes tentatives de Néandertalienne pour comprendre les bases des fondements du B.A.BA de la gestion d’un site web. T’es une reine, Sej ! »

Par Dragonwing (Nouvel Autel des Offrandes, 21 Juil 2014)

« Aaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhh! *fuie* La réécriture, comment dire ? Pénible, lourd, répétitif et collant. A chaque fois que je relisais mon roman Solstice. Je me disais : « non ça va pas », « elle a l’air niaise ici », « pff recommence », « aller on efface tout ». Et pourtant, quand on le fait on apprécie mieux notre écrit. C’est franchement fourbe, c’est l’une des rares choses embêtantes dont on ne peut se séparer. »

Par plume lotus (La réécriture, 1 Fév 2014)

« La soif de pouvoir est une facilité dans les romans, cela évite de s’étaler sur le pourquoi du comment. C’est juste pour dire « lui il est méchant ». A la limite, on peut ajouter que cette personne a eu une enfance malheureuse et qu’elle s’est juré d’atteindre le haut du panier etc. Cela s’apparente à une ambition démesurée. »

Par Outis (Et un jour l’écrivain créa le culte, 7 Aoû 2014)

« En voilà une très bonne question ! Tu me l’aurais posée il y a 5 ans je t’aurais répondu : COUPEZ LA TÊTE AU NUMÉRIQUE ! A MORT LES LISEUSES ! BRÛLEZ LES TABLETTES ! Eh oui, en faisant mes études pour bosser dans l’imprimerie, ces machins représentaient le Mal, le Diable en personne, ma perte et mon chômage ! ARG ! Aujourd’hui, même si je bosse dans une maison d’édition et que je reste en extase devant une rotative tournant à plein régime, je chéris mes petites liseuses. »

Par Justdream (Livre ou ebook, 7 Aoû 2014)

Citations d’auteurs du site Plume d’Argent :

Vous les avez lus, peut-être commentés, et sans doute vous-êtes vous dit au fil de vos réflexions que certains passages mériteraient d’être cités dans des conversations hors contexte, juste pour la beauté des mots et des phrases savamment agencées ? Retrouvez dans ce numéro quelques citations qui ont retenu notre attention ce mois-ci, et n’hésitez pas, pour les parutions futures, à nous transmettre vos propres suggestions ! Elles n’en seront que mieux appréciées ! 

« — Non mais si la conscience ne vous laissait pas tranquille, c’est une autre histoire. Mais en général, les responsables laissent la flicaille chercher un peu. Histoire de se donner des sensations fortes, comprenez ? Et puis, les flics aussi, ils préfèrent quand c’est eux qui vous attrapent. Ça leur donne l’impression d’avoir résolu un puzzle et tout.
— Intéressant. Voyez, je n’y aurais jamais pensé. Du coup, j’ai un peu foiré mon effet.
— Oh, c’est rien. Vous saurez pour l’avenir. »

Par Sej dans Comment j’ai tué sept personnes avec une agrafeuse  sur Fictions Plume d’Argent

« Plume avait quinze ans, lorsqu’elle avait coupé ses cheveux sous le coup d’une impulsion. Ce n’était pas seulement de la provocation, plutôt une envie de se libérer. Le besoin de courir sur les toits sans sentir cette masse de mèches bouclées, qui lui tombaient sur les yeux. Déguisée en garçon et le visage disparaissant sous un loup, elle espérait créer une confusion si la milice venait à la pourchasser. D’ailleurs, qui pourrait supposer que cet artiste des ténèbres était une femme et qui plus est, la fille de l’ambassadeur ? »

Par Kittylou dans La voleuse des toits sur Fictions Plume d’Argent

« Le remplaçant sembla suivre son raisonnement car il secoua la tête, un air triste dans le regard. Une nouvelle fois, il passa dans le dos de son élève.
-Embêtant. Très embêtant tout cela. Enfin… Surtout pour vous.
Lise sursauta d’entendre la voix du professeur si proche d’elle, son souffle caressait son oreille. Elle ne l’avait pourtant pas entendu s’approcher ! Elle voulut se retourner mais quelque chose l’en empêcha. Un fil d’acier qui s’appuyait contre sa gorge, écrasant sa trachée.
-Ne m’en veux pas, ce n’est pas personnel. Les ordres, que veux-tu, les ordres… »

Par Flammy dans La Mémoire Oubliée sur Fictions Plume d’Argent

« Enfin, je réussis à décrocher le combiné juste avant que la sonnerie ne meure de l’épuisement de mon interlocuteur.
–   Allô ! Agence de l’Âme à votre service.
Je répète plusieurs fois allô dans le combiné, mais un grésillement désagréable me répond. Je m’apprête à remettre le cornet à sa place, quand une voix fluette se fait entendre. Elle n’était ni chaleureuse, ni froide, juste neutre et cependant lointaine :
–    Allô, allô ! Je suis bien à l’Agence de l’Âme ?
–   Tout à fait ! Le Voyageur à l’appareil. Que puis-je pour vous ? »

Par Diogene dans Les Mystères Oniriques de Paris : L’ombre du Néant sur Fictions Plume d’Argent

« S’il y avait un nuage noir qui causait la tempête dans la tête d’Eleonara, c’était bien Dalisa Taberné. Dans une seule âme, se cachait une maîtresse capricieuse, une cruelle sœur, une tige de correction et une enseignante stricte. De quatre ans son aînée, elle la tourmentait, l’humiliait et avait également tenté de la noyer dans un tonneau de bière, ce qui expliquait la répulsion de l’Elfe face à la bière et à l’odeur de celle-ci. Eleonara était devenue une enfant fâchée, une enfant cassée du jour au lendemain. »

Par Jowie dans Le Lever des Furies, Livre 1 : Bronwen sur Fictions Plume d’Argent

Citations d’auteur

« Une pensée, parmi la multitude qui s’entrechoquaient dans son esprit, prit du relief, se précisa jusqu’à devenir une certitude. Limpide. Réjouissante. Un ours n’est pas une arme conventionnelle ! »

de Pierre Bottero (dans L’autre, Tome 1 : Le Souffle de la Hyène)

« Pour ma part, j’étais petite, anguleuse et dénuée de beauté, et comme je ne pouvais séduire par mes charmes, je m’efforçais de discuter de choses sérieuses, ce qui faisait tout autant fuir les hommes. »

de Tracy Chevalier (dans Prodigieuses créatures)

« Incompréhensible, ce parfum, indescriptible, impossible à classer d’aucune manière, de fait il n’aurait pas dû exister. Et cependant il était là, avec un naturel parfait et splendide. Grenouille le suivait, le cœur cognant d’anxiété, car il soupçonnait que ce n’était pas lui qui suivait le parfum, mais que c’était le parfum qui l’avait fait captif et l’attirait à présent vers lui, irrésistiblement. »

de Patrick Süskind (dans Le Parfum)

« Je crois bien que c’est ça le vrai amour : avoir l’impression d’être dans sa vie, pas à côté. Au bon endroit. Ne pas avoir besoin de se forcer, de se tortiller pour plaire à l’autre, rester comme on est. »

de Katherine Pancol (dans Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi)

« Tu perds la tête, tu déménages, tu travailles du chapeau, tu as les méninges en accordéon, tu as une araignée au plafond, tu as le timbre fêlé, tu ondules de la toiture, tu es bon pour le cabanon. Ou, tout simplement : tu deviens fou. »

de Stephen King (dans Shining)

« Me souhaitez-vous le bonjour ou constatez-vous que c’est une bonne journée, que je le veuille ou non, ou que vous vous sentez bien ce matin, ou encore que c’est une journée où il faut être bon ? »

de J.R.R. Tolkien (dans Bilbo le hobbit)

« Les mots ! Les simples mots ! Combien ils sont terribles ! Combien limpides, éclatants ou cruels ! On voudrait leur échapper. Quelle subtile magie est donc en eux ?… On dirait qu’ils donnent une forme plastique aux choses informes, et qu’ils ont une musique propre à eux-mêmes aussi douce que celle du luth ou du violon ! Les simples mots ! Est-il quelque chose de plus réel que les mots ? »

de Oscar Wilde (dans Le Portrait de Dorian Gray)