[PAnthologie] Genre(s)

Cette année, la Plume d’Argent fête ses dix ans d’existence. Pour l’occasion, la communauté a réalisé son tout premier Appel à Textes sur le thème Genre(s). Le comité de lecture a lu, évalué, relu, sélectionné, re-relu, corrigé, re-re-relu les nouvelles qui constituent maintenant notre belle PAnthologie 2017 :

Télécharger le PDF

Continuer la lecture [PAnthologie] Genre(s)

Interview de l’Agence Sélène

Depuis fin 2016, Plume d’Argent a conclu un partenariat avec Sélène, une agence littéraire spécialisée dans le Young Adult. Son activité est double : trouver des auteurs en herbe en vue de les aider à être publiés par une maison d’édition et mettre leurs talents en communication à disposition des maisons d’édition pour promouvoir leurs ouvrages Young Adult. Afin de nous permettre de connaître le métier d’agent littéraire plus en profondeur, l’équipe de Sélène s’est très gentiment prêtée à une interview avec le PAen !

Plume d’Argent : Qu’est-ce qui vous a donné envie d’ouvrir cette agence ? Comment a commencé l’aventure « Sélène » ?

Agence Sélène : Cette aventure a commencé alors que nous étions encore étudiantes. Notre école (Sup de pub) a pour particularité de proposer à ses élèves en MBA de monter un projet professionnel, plutôt que de passer leur été à rédiger un mémoire. Libre ensuite à eux de décider si ce projet est fictif ou réel. Dans notre cas nous avons décidé dès le départ que Sélène dépasserait le simple exercice de fin d’études. Quant à l’idée, elle est venue d’une frustration toute personnelle. Aude cherchait alors à faire lire son manuscrit par des professionnels et malgré ses contacts dans l’édition, cette entreprise s’avérait plus que hasardeuse. Le constat était le suivant : les éditeurs sont souvent débordés et les piles de manuscrits s’accumulent sur leurs bureaux. De plus, la part belle est faite aux traductions et aux commandes. Il est donc particulièrement difficile pour un auteur en herbe, francophone, d’attirer l’attention. Avec Sélène nous voulions changer ce schéma et introduire un nouvel acteur.

*

Continuer la lecture Interview de l’Agence Sélène

Ruban bleu – Journal d’un chasseur de monstres

En janvier, nous avions lancé les votes pour votre fiction COUPLE préférée parmi une sélection de trois titres. Aujourd’hui, l’heure est finalement arrivée de vous annoncer le résultat. Préparez les jets de cœurs et la déferlante de paillettes !

Le ruban bleu revient à la fiction

Journal d’un chasseur de monstres de Rachael

pour le couple passionnant et passionnel formé par Sengo et l’Autre

Toutes nos féloches, Rachael ! Un grand bravo aussi à Dédé et à AliveArsenic dont les histoires ont fait battre les palpitants ♥ Et enfin merci à tous les votants pour votre participation !

Jeu N°3 : Mais qui a bouffé le Sushi ?

La dépêche vient de tomber. Le Sushi s’est fait béqueter les vermicelles. Depuis ce matin tout le QG du PAen est en ébullition face à ce scoop. L’enquête a été confiée à la police PAenne. Et comme on envoie du pâté chers lecteurs, aux premières heures du jour, nous étions sur place au poste de police de PA pour recueillir le témoignage du chef de la police, j’ai nommé, Cricri Tendrecoeur.

« Actuellement, nous avons neufs suspects dans notre ligne de mire » nous a-t-elle confié dans sa barbe, entre deux gorgées de Nesquik.

Une heure plus tard, nous obtenions un communiqué de presse dans les règles, au cours duquel Cricri Tendrecoeur appelait à témoin la population PAenne dans son ensemble.

« Selon des sources proches de l’enquête, certains suspects auraient été aperçus en compagnie de leurs personnages, a-t-elle affirmé. Les commérages ne disent pas à quels forfaits ces fourbes faquins s’adonnaient, mais les descriptions des témoins étaient pour le moins nébuleuses.

Malheureusement, depuis la folle nuit de clôture de la coupe des trois maisons, le duel de hache contre moustiques empoisonnés entre Sej et Danah a carrément décimé la majorité de nos effectifs. Mémorable soirée d’ailleurs, pleine de sang et de ripailles, mais l’inconvénient c’est que nous manquons cruellement de personnel depuis ce jour, nous en appelons donc à tous les habitants de PA. Aidez-nous à féliciter, que dis-je, à retrouver ces odieux individus.

Un faisceau d’indices nous a permis d’établir une liste desdits odieux personnages :

  • Elka
  • Flammy
  • Ethel
  • GueuleDeLoup
  • Beul
  • Slyth
  • Celinours
  • Danah
  • Kittylou

Hélas, les témoignages quant à l’identité de leurs alibis sont pour le moins obscurs. Voilà ce que nous avons rassemblé :

Énigme 1

YAHEJKQNO, OWHPEIXWJMQA XAHCA IEAQT YKJJQ OKQO HA JKI ZA OYAJA ZA YAHEJAX84, W APA WLANYQ ZWJO HA MQWNPEAN ZA HW PWIEOA, YAPPA JQEP ZQ 12 JKRAIXNA 2016. OYNQPWJP BNAJAPEMQAIAJP HAO WHAJPKQNO, AHHA W HKJCA HW YKILWCJEA ZAO PNWJOLKNPO PNWJORKEHA LKQN ZEOLWNWEPNA ZANNEANE HW BWXNEMQA ZAO ZAHEYAO. OAHKJ JKPNA PAIKEJ, AHHA OA NAJZWEP WQ 3AIA APWCA ZAO WNYDERAO ZQ IQJZWJAQI LKQN U NAJYKJPNAN H’QJA ZAO DWQPAO LANOKJJWHEPAO Z’ANNAP AJ ZALHWYAIAJP ZELHKIWPEMQA ZWJO HA YKEJ.

Énigme 2

Appel à Témoinance ! Danette, le potdeyaourt le plus hacheux de la galaxie, a été entrezieutée dans les voisinetés des lunes de Jupiter. La suspicieuse s’est peutètre aérogarée dans un centre de méditation métaphysique sur la condition canine. Elle y aurait assisté à un interrogatoire pour le moins sanguinoleux au côté d’un officier. Si des témoineux (encore vivotant biensûr) peuvent confirmer la présence dudit officier sur la scène, merci de contacter les autorités planétiennes.

 

Énigme 3

 jeu-de-plumes-novembre


Énigme 4

Cette nuit du 12 novembre, Beuldesbois, une de nos suspectes, se trouvait selon quelques témoignages douteux dans un endroit plein de terre où il est d’usage de flanquer des coups de pelle à tout ce qui s’agite un peu trop. Elle assure y avoir connu des jours de grande liesse en compagnie de celle qu’elle surnomme affectueusement « la vioque », une vieille femme sourde et peut-être un peu malfaisante. Quelqu’un pour vérifier cette affirmation ?

 

Énigme 5

La liɡ de ʒystisje puʁ la dɔminatatasjɔ̃ dy mɔ̃d ʁəkʁyt. ʁəʒwaɲe le ʁɑ̃ dy ʃatɔ̃-ɡaʁu puʁ yn avɑ̃tyʁ ɛkstʁaɔʁdinɛʁ à la kɔ̃kɛt de tɛʁ d’Atlɑ̃tis e də Kaea. À tʁavɛʁ lə siklə dez- ɛspʁi, de pɛʁsɔnaʒ o ɑ̃ kulœʁ vuz- akœjʁɔ̃ puʁ yn fɔʁmasjɔ̃ ynik ɑ̃ sɔ̃ ʒɑ̃ʁ ! Manimɑ̃ dez- aʁm, ʁepaʁti ki ɑ̃vwa dy pɔnɛ a pajɛt, fuʁbəʁi ɑ̃ tu ʒɑ̃ːʁ, vuz- apʁɑ̃dʁe tu syʁ laʁ syptil də la dɔminatatasjɔ̃ dy mɔ̃d e, ki sɛ, pøtɛtʁə mɛm vu pasʁa-tɔ̃ la baɡ o dwa. Atɑ̃sjɔ̃, puʁ lez- etydjɑ̃ dy kuʁ də « kɔlɛːʁ, movɛz ymœʁ e ʃapaʁdaʒ » pʁevwaʁ dez- ɔfʁɑ̃d ʁeɡyljɛʁ e ɛ̃ sufʁədulœʁ də pʁefeʁɑ̃s o ʃəvø vɛːʁ. Lə pʁɔf mɔːʁ. Yn istwaʁ də fɛblə ʁezɛʁvə də nuʁityʁ dɑ̃ sɔ̃ ʁəfyːʒ. ʁeynjɔ̃ dɛ̃fɔʁmasjɔ̃ lə 12 nɔvɑ̃bʁ a 20h.

Énigme 6

Braves citoyens, avez-vous entendu la nouvelle ? Notre chère ville, aux murs en forme d’étoile, aurait reçu la visite d’une femme venue d’ailleurs ! Il paraît que le sirop d’érable coule à flots dans son pays d’origine… Selon plusieurs témoignages, elle se serait promenée dans les environs du colombarium, où elle aurait assisté à une bien triste cérémonie aux côtés d’une jeune éligère aux yeux vairons. Mais tout cela reste à vérifier, bien sûr ; peut-on vraiment faire confiance à une personne venue de l’extérieur ?

 

Énigme 7

Invitation. Très chère Dame Kittylou, en ces temps troublés où gronde une insupportable rébellion qui se faufile de toits en toits la nuit, au nez et à la barbe de notre garde, nous avons l’honneur de vous inviter à notre Conseil exceptionnel. Il se tiendra en ce 12 novembre prochain. L’ordre du jour est simple : détruire dans l’œuf l’étincelle de la révolte. Ce Conseil se tiendra comme d’ordinaire sur la Grand Place de la ville où vous siègerez dans la tribune d’honneur aux côtés de Miss Herrenstein qui elle aussi fera son entrée dans notre grande congrégation aristocratique. Seräen compte sur vous. Signé : Kieran Latham, secrétaire général du palais.

 

Énigme 8

« Hé, tu sais pas quoi ? Il paraît qu’on a une nouvelle venue en ville. Non, je te raconte pas de conneries ! Elle s’appelle Elka, il paraît, et il paraît aussi qu’elle est venue 2 fois en janvier 2014, même qu’elle aurait mangé des lasagnes dans la famille… Ah, zut, j’ai oublié le nom – tu sais, le type qui a l’air d’avoir des valises sous les yeux ?

– Lancaster ?

– Ouais, lui ! Et il paraît qu’il y avait un autre invité, un mec bronzé qui se trimballe tout le temps avec des bijoux super kitchs – je te jure, il a même un collier en forme d’aigle !

– Arrête ton char, un peu, personne porterait un truc comme ça, ça tient pas debout, ton histoire… »

 

 Énigme 9

Oyez Oyez !

Slyth, nostre serpentardesque suisse très estimée,

En son superbe castel estival se serait restirée

Et elle se serait séquestrée très secrètement

Dans la suite princière de « l’Instant Présent ».

Était-elle seule dans la douce soie de son lit ?

Ou bien s’y trouvait-il un soupirant assoupi ?

Oyez Oyez !

 

Malheureusement, nous savons de sources sûres que l’un de ces faquins nous a mené en bateau, car bien sûr, il était impossible que son alibi se trouve dans son chapitre à l’heure dite. Si vous vous sentez l’âme d’un détective et que vous trouvez le coupable n’hésitez pas à le dénoncer. PA sait chouchouter ses délateurs, que dis-je collaborateurs. »

Le but du jeu : vous l’aurez compris, l’objectif est de retrouver le meurtrier.

Et comment fait-on ? C’est très simple ma bonne dame, chacun des suspects de la liste est un auteur PAen ayant à son actif bon nombre de forfaits, ahem pardon, d’histoires. L’énigme correspondant à chacune de ces auteures vous conduira sur l’une de ses fictions, à un chapitre très précis, dans lequel se trouve le personnage décrit par l’énigme. Ce dernier jouera le rôle d’alibi pour son auteur. À condition bien sûr qu’il se soit bien trouvé dans son chapitre au moment des faits. Conclusion, l’assassin du Sushi est l’auteure qui n’aura pas son alibi.

Pour celles et ceux qui n’auraient pas tout à fait compris le principe, voilà un exemple :

Énigme 2

Appel à Témoinance ! Danette, le potdeyaourt le plus hacheux de la galaxie, a été entrezieutée dans les voisinetés des lunes de Jupiter. La suspicieuse s’est peutètre aérogarée dans un centre de méditation métaphysique sur la condition canine. Elle y aurait assisté à un interrogatoire pour le moins sanguinoleux au côté d’un officier. Si des témoineux (encore vivotant biensûr) peuvent confirmer la présence dudit officier sur la scène, merci de contacter les autorités planétiennes.

Solution : Danah – Moonshine – La filosofie du coyote  – Haccan

(passez votre curseur sur le texte pour voir apparaitre la solution ^^)

Votez pour votre fiction « apprentissage » favorite

Quelles sont, pour vous, les Fictions de Plume d’Argent où L’APPRENTISSAGE occupe une place centrale ?

C’est la question qui vous a été posée au mois de juillet sur le fofo. Jusqu’à présent, les équipes du PAen et de PA vous proposaient une pré-sélection de 3 à 4 histoires autour d’un thème. Nous nous sommes dit que vous, honorables membres de la communauté, vous aimeriez avoir votre mot à dire pour cette sélection des Plumes à Lire. Ainsi, le ruban bleu qui décorera l’histoire ayant obtenu le plus de votes sera une récompense plus représentative que jamais. Eh bien, vous avez été nombreux à participer ! Nous nous sommes basées sur vos propositions pour établir notre sélection : ça n’a pas été si facile de choisir, car toutes les fictions étaient dignes d’intérêt.

Notre sélection APPRENTISSAGE

Ciseaux de Mimi

« CQFD. Comme toujours, c’est ainsi que se terminent les démonstrations mathématiques, des plus médiocres aux plus élaborées, des moins courantes aux plus travaillées. Lise est sur ce chemin, sur le point de faire de ses preuves rédigées des monuments mathématiques du haut de ses 19 ans. Alors qu’elle passe ses vacances entre chez sa grand-mère et le vieux grenier de l’un de ses amis physiciens, il y a Hugo qui passe ses vacances chez son grand-père. Ses démonstrations à lui s’écrivent à coups de pinceau et ses leçons se font en plein air, parmi les gens, à essayer de comprendre leur vie ou leurs vies. Mais qu’en est-il du mur infranchissable qui sépare l’art des mathématiques ? Serait-on si différent, que l’on croie à Euclide ou à Picasso ? »

Lise aime les mathématiques. Elle pense mathématiques. Elle voit mathématiques. C’est d’ailleurs pour les étudier à son aise qu’elle s’installe chez sa – très érudite – grand-mère. C’est cependant un apprentissage inattendu qui se produit quand elle croise le regard d’un artiste.

Une vie de château de Slyth

« Dans le royaume de Kaïs, le château est un lieu idéal, coupé du monde : grands espaces, tapis de velours, nourriture abondante et une foule de serviteurs répondant à la moindre des exigences. Une existence parfaite pour une princesse ! Pourtant, au-delà des murs protecteurs de la cour, il y a une ombre qui dérange : là, se sont implantés les mystérieux Demis, des parasites à moitié humains à ce que l’on raconte… Qu’importe ! Il n’y a pas de place pour eux dans la sphère royale et c’est ainsi que les choses fonctionnent depuis toujours. Enfin… tant que ces deux univers n’entrent jamais en contact. »

Une vie de château a toutes les apparences d’une histoire de déchéance, celle de la très fière princesse Ayleen qui se retrouve du jour au lendemain jetée dans la boue (littéralement). Il apparaît toutefois très vite qu’elle a tout à apprendre du monde qui s’étend au-delà du château.

Astel de Ethel

« Le ciel d’Astel était tout gris et donnait au quartier une atmosphère un peu désolée, en plus de le plonger dans un froid humide qui faisait oublier les jours ensoleillés. Léandre frissonna, ses jambes étaient déjà toutes mouillées par la pluie et ses pieds étaient fort malheureusement plongés dans les deux petites mares qu’étaient devenues ses chaussures. Il aurait peut-être pu éviter les jambes mouillées s’il avait écouté sa mère et qu’il avait pris un parapluie, mais il préférait éviter ce genre d’objet ; il trouvait que ça lui donnait l’air chétif. Avec son capuchon, sous la pluie, il se sentait beaucoup plus cool. »

Ce matin, Léandre a deux grandes préoccupations : ses chaussettes mouillées et ses examens au collège. Un peu plus tard, la directrice lui apprend la mort de ses parents. Commence alors pour cet adolescent ordinaire un douloureux apprentissage, celui du deuil… et de la vengeance?

Votre vote APPRENTISSAGE

capturepal

Pour voter : cliquez ici !

Vous avez à présent jusqu’au 10 novembre pour découvrir les histoires nominées et voter pour celle que vous avez préférée. La fiction gagnante se verra épinglée d’un joli ruban bleu à pois roses !

Perles de sagesse

L’apprentissage est une thématique tellement omniprésente dans la littérature que nous n’avons eu qu’à nous pencher pour en récolter quelques perles. Entre les leçons de sagesse d’Albus Dumbledore, que nous n’avons pas pu nous empêcher de glisser partout (et que vous êtes bien sûrs censés connaître par cœur pour le prochain contrôle-surprise), et des extraits peut-être plus surprenants, nous espérons que cette moisson vous satisfera !

 

– Bienvenue à Poudlard, dit le professeur McGonagall. Le banquet de début d’année va bientôt commencer mais avant que vous preniez place dans la Grande Salle, vous allez être répartis dans les différentes maisons. Cette répartition constitue une cérémonie très importante. Vous devez savoir, en effet, que tout au long de votre séjour à l’école, votre maison sera pour vous comme une seconde famille.

Harry Potter à l’école des sorciers – JK Rowling

 

Monsieur le directeur de l’école de Grand-champs,

Je voudrais être admis dans votre établissement, mais je sais que c’est impossible parce que mon dossier scolaire est trop mauvais. J’ai vu sur la publicité de votre école que vous aviez des ateliers de mécanique, de menuiserie, des salles d’informatique, une serre et tout ça. Je pense qu’il n’y a pas que les notes dans la vie. Je pense qu’il y a aussi la motivation.

Je voudrais venir à Grand-champs parce que c’est là que je serais le plus heureux, je pense.

Je ne suis pas très gros, je pèse 35 kilos d’espoir.

35 kilos d’espoir – Anna Gavalda

 

Avoir été aimé si profondément te donne à jamais une protection contre les autres, même lorsque la personne qui a manifesté cet amour n’est plus là.

Harry Potter à l’école des sorciers

 

On ne devient adulte que lorsqu’on a compris ses parents et qu’on leur a pardonné.

Oh, boy ! – Marie-Aude Murail

 

Les garçons m’apparaissaient comme des objets inconnus et intimidants. Je les imaginais comme dans les films, lisses, musclés, glabres, sauf peut-être la zone sexe, mais c’était un endroit auquel je me refusais à penser parce que c’était trop compliqué.

Et maintenant – c’est tout à fait différent. Ce sont des corps. Ce sont des gens.

La fabuleuse histoire de la mouche dans le vestiaire des garçons – e.Lockhart

 

Ce sont nos choix qui montrent ce que nous sommes vraiment, beaucoup plus que nos aptitudes.

Harry Potter et la chambre des secrets

 

– Vous voulez travailler, c’est ça ?

– Oui, monsieur.

– A quatorze ans ?

– Oui, monsieur.

Le principal essayait de garder un air imposant. Il était conquis. En quelques secondes, il avait compris que Louis appartenait à la race de ceux qui s’embarquaient à quinze ans sur des baleiniers.

Maïté coiffure – Marie-Aude Murail

 

Tu crois donc que les morts que nous avons aimés nous quittent vraiment ? Tu crois que nous ne nous souvenons pas d’eux plus clairement que jamais lorsque nous sommes dans la détresse ?

Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban

 

Encouragé par Samir, Jean-Hugues poursuivit son explication.

– Nous allons étudier ce que dit le message. Par chance, les Trois Baudets et Majid utilisent un code commun, à savoir la langue française.

– Tu nous avais pas dit ça, Majid, remarqua Samir.

– Bouffe-toi-la, la tienne de langue ! cria Mamadou du fond de la classe.

Jean-Hugues se demanda un instant si ses élèves et les Trois Baudets utilisaient bien le même code, mais il enchaîna tout de même.

Golem, tome 1 : Magic Berber – Elvire, Lorris et Marie-Aude Murail

 

Si tu veux savoir ce que vaux un homme, regarde donc comment il traite ses inférieurs, pas ses égaux.

Harry Potter et la Coupe de Feu (Sirius Black ♥)

 

Jack ne se vantait guère, à l’époque, du jeu auquel il se livrait les nuits de grand vent ; ces nuits-là, il enfilait les collants de danse de sa sœur, attachait un drap autour de son cou avec une épingle de sûreté et, ainsi déguisé, il se penchait à la fenêtre de sa chambre, les bras en croix pour faire semblant de voler comme les super-héros dont il dévorait les aventures à la télévision. Ce jeu avait trouvé une conclusion brutale, une nuit où, se penchant un peu plus loin que d’habitude, il était allé s’écraser sur la tonnelle de son père, détruisant ainsi les treilles torsadées, héritées, selon la tradition familiale, de pieds de vigne élevés à Monticello par le président Thomas Jefferson en 1804.

Ce soir-là, Jack avait découvert qu’il ne pouvait pas voler.

Disparition Programmée – Roland Smith

 

La jeunesse ne peut savoir ce que pense et ressent le grand âge. Mais les hommes âgés deviennent coupables s’ils oublient ce que signifiait être jeune.

Harry Potter et l’Ordre du Phénix

 

Il était censé anticiper et bloquer les attaques de sa camarade, mais elle était trop rapide et maîtrisait des enchaînements qui lui étaient inconnus. Il se retrouvait au sol à la fin de chaque assaut, alors qu’elle parait tous ses mouvements. James était trop fier pour admettre qu’il se sentait humilié. Elle était plus petite et plus jeune que lui. Et, comble d’horreur, c’était une fille.

Cherub, tome 1 : 100 jours en enfer – Robert Muchamore

 

Sais-tu à quel point les tyrans craignent les peuples qu’ils oppressent ? Chacun d’eux sait très bien qu’on jour, parmi ses nombreuses victimes, il y en aura forcément une qui se lèvera et frappera à son tour !

Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé

 

Jean-Hugues ferma les yeux de fatigue anticipée. C’était reparti pour une heure de corrida. À chaque point marqué, les gamins ne crieraient pas « olé ! » mais « aouah ! ».

– Sortez une feuille, dit Jean-Hugues, totalement démotivé. On fait une dictée.

– Oh non, m’sieur, pitié, pitié ! supplièrent Nouria et Aïcha, les mains jointes.

– J’ai toujours moins quarante avec vos dictées ! beugla Mamadou. C’est même pas la peine que j’écris ! Tu me mets la note tout de suite.

– Mamadou, ça suffit ! s’emporta Jean-Hugues. Donnez-moi votre carnet.

– Mais je vous ai déjà dit que je l’ai perdu, répondit le grand Black sur un ton indigné. PER-DU ! Comprendo ?

Jean-Hugues eut la sensation de toucher le fond.

Golem, tome 1 : Magic Berber – Lorris, Elvire et Marie-Aude Murail

 

Tu es le vrai maître de la mort parce que, la mort, le vrai maître ne cherche pas à la fuir. Il accepte le fait qu’il doit mourir et comprend qu’il y a dans le monde des vivants des choses pires, bien pires que la mort.

Harry Potter et les Reliques de la Mort

 

L’année dernière à Québec, j’ai passé des mois à apprendre la langue gutturale des Hurons, aidé par un Sauvage converti au nom chrétien de Luc qui m’initiait à ses difficultés. Il m’expliquait que pour arriver à maîtriser leur langue, il fallait d’abord que je comprenne le monde naturel autour de moi. Les Hurons, disait-il, ne vivent pas au-dessus du monde naturel mais en tant qu’élément de celui-ci. Posséder la clé de leur langue, c’est établir le lien entre l’homme et la nature. Voilà qui m’a fait bien rire. Il n’existe pas de langue qu’on ne puisse apprendre machinalement. Et Vous, Seigneur, Vous nous avez donné le monde naturel pour que nous l’exploitions et le dominions.

Dans le grand cercle du monde – Joseph Boyden

 

Bien sûr que ça se passe dans ta tête, Harry, mais pourquoi donc faudrait-il en conclure que ce n’est pas réel ?

Harry Potter et les Reliques de la Mort

 

 

Ça vous a plu ? N’hésitez pas à partager avec nous vos propres perles, on n’en a jamais assez !

À très vite pour de nouvelles aventures,

 

Vos dévoués Plumeporters

Mots-Mondes

Entre les moments forts du fofo, la prose inspirée des plumes argentées et les envolées lyriques d’écrivains célèbres, nous partons régulièrement à la cueillette des perles. Est-ce que vous vous reconnaîtrez ?

Ces citations ont été sélectionnées par Elka, EryBlack, Shaoran et Cristal autour du thème Environnement.

 

Le souci, avec les gouvernements, c’est qu’ils sont élus par des majorités qui n’en ont rien a foutre, de la biodiversité. Alors que les milliardaires ont tendance a s’en occuper. C’est important pour eux que la planète ne soit pas complètement bousillée, parce que ce sont eux et leurs héritiers qui auront assez d’argent pour en profiter, de cette planète.

Jonathan Franzen dans Freedom

 

Aessa Jynne-Lorry était une femme impressionneuse. Haccan aurait pu la trouver belle si, à l’instar de ses concitoyens, elle n’avait pas eu le visage criblé de plaquettes chromées. L’assemblance d’écailles qui s’étendait de sa gorge à son nez permettait la traitance des traces d’hydrogène que les Jupitériens ne parvenaient pas à dissocier de l’atmosfère confinée des Ceintures.

Danah dans Moonshine – Fictions Plume d’Argent

 

– Les hommes prennent ce qui leur a été offert, mais ils ne remercient jamais. Ils ne donnent rien en échange, comme si tout leur était dû. Ils en veulent toujours plus. Ce qu’ils empruntent à notre terre, à Anörre, sans jamais le lui rendre, ils le détruisent. Le désir de puissance devient toujours plus fort. Notre monde est gigantesque, nous n’avons pas encore pu délimiter ses contours, aussi les hommes cherchent à posséder déjà tout ce qu’ils connaissent, pour pouvoir s’étendre sur ce qu’ils ne connaissent pas. Ils veulent posséder un monde qui ne leur appartient pas, sur lequel ils ont été posés et autorisés à vivre. Les dieux sont bafoués par leur comportement, mais la nature l’est tout autant. Ce qu’oublient ces êtres humains orgueilleux, c’est que la nature a été créée par les dieux anciens et mise à notre disposition, pour peu que nous la respections. Les abords d’Adélos ne me donnent pas l’impression que la nature est respectée. Les sols sont retournés et exploités, les montagnes alentours sont creusées jusqu’à la moelle, et tout ça pour extraire… on ne sait quelle substance des entrailles de la terre !

Sierra dans Ulfur – Fictions Plume d’Argent

 

La poussière est partout. Elle scintille dans les rayons de soleil qui filtrent, elle se dépose lentement sur chaque recoin. Jack tousse. Ses poumons sont en feu, il n’arrive pas à reprendre sa respiration.

Il tente de calmer son cœur. La panique ne va rien résoudre. Il inspire une nouvelle fois, essaie de ne pas tousser. Ça fait un mal de chien, mais cette fois, il sent l’air dans ses poumons. Il répète l’opération deux, trois, quinze fois jusqu’à sentir son cœur revenir à la normale. Alors, seulement, il regarde autour de lui.

Il rentrait chez lui après une nuit au boulot, comme chaque matin. Il rentrait et ne rêvait que de s’effondrer dans son lit. C’est alors que les sirènes ont commencé à hurler dans toute la ville. Et puis…

Seja dans Les Pâtes froides – Fictions Plume d’Argent

 

Nous vous proposons aussi la découverte et l’exploration d’un nouvel environnement virtuel. Son nom de code : ALE. Alternative Life Experience. En voici quelques images.

L’hologramme disparut et dans un silence complet, des images vidéo défilèrent sur les quatre murs qui nous entouraient. Comme la bande-annonce d’un nouveau film catastrophe, A.L.E était en définitive notre planète ayant subi de grandes perturbations. Déluges, montées des eaux, effondrements, villes à moitié englouties, îles rayées de la carte, déforestations, invasions d’insectes, conflits armés… Bref, la totale.

Sophie G. Winner (alias Sophinette) dans ALE2100

 

— Léa, demandai-je à mon tour, pourquoi des robots sous forme de rhinos ?

La fillette tourna son visage constellé de taches de rousseur vers moi.

— L’explication est simple. On prédit la disparition de nombreuses espèces dès 2050. La plupart des grands mammifères se seront éteints, beaucoup seront en voie d’extinction. D’un autre côté, la robotique aura, elle, fait d’énormes avancées. Dans ALE, le gouvernement africain souhaite préserver son tourisme, qui tient la première place dans l’économie de certaines régions : il a donc décidé de camoufler ces disparitions en introduisant dans les parcs ce que l’on appelle des « ABots », contraction des mots « animal » et « robot ».

Sophie G. Winner (alias Sophinette)  dans ALE2100

 

Le sol. Cette pensée traversa tout à coup l’esprit du garçon sans qu’il ne parvînt à en comprendre l’intensité. Le visage de son oncle repassa devant ses yeux ; doucement, ses mots lui revinrent en mémoire. « C’est en bas » avait-il dit à propos des Enfers. Juste sous ses pieds… Shin se pencha précautionneusement au-dessus la portière pour jeter un coup d’œil en contrebas. L’océan des Enfers lui parvenait, tel un mirage happé dans le blanc laiteux des nuages, à peine perceptible.

Céline Chevet (alias Erinyes) dans Les Enfants d’Elyn

 

Ruban bleu ANIMALITÉ

En mai, nous avions présélectionné trois Fictions de Plume d’Argent autour du thème ANIMALITÉ : La Septième Face de Seja,  Ville Noire de GueuleDeLoup et Meutes d’Elka. Vous avez voté pour élire laquelle serait épinglée du Ruban Bleu et voici l’heure de l’annonce du résultat !

 

rubanbleu-4a5afb1 Le Ruban Bleu revient à La Septième Face de Seja rubanbleu-4a5afb1

Résumé : Il n’avait pourtant rien demandé. M. Schauze se serait bien vu continuer dans l’unique et donc forcément renommée réserve de grenouilles du Cube. Mais c’était sans consulter le destin qui avait décidé qu’il avait aussi son mot à dire et qui aurait pu opter pour davantage de discrétion. C’est vrai ça, tout le monde sait que ce que les secrets aiment le plus au monde, c’est filer droit vers des oreilles indiscrètes.

Commentaire : Dans cet univers, il n’y a pas que les bestioles qui ont des dents : les plantes aussi ! Les plantes, surtout. Pour Machin Schauze, la vie n’est plus qu’une lutte permanente selon la loi de la jungle. Seja n’a pas son pareil pour animaliser le moindre personnage ou pâquerette, le tout avec énormément d’humour !

Vous pouvez lire l’histoire ici >> La Septième Face de Seja

Toutes nos félicitations Seja ! Et encore bravo à GueuleDeLoupe et à Elka pour leurs histoires non moins animales ! Nous remercions également toutes les plumes argentées qui se sont prêtées au jeu de la lecture et du vote.

 

 

Participez à la prochaine sélection !

Nous nous sommes dit que vous, honorables membres de PA, vous aimeriez peut-être avoir votre mot à dire pour la sélection des Plumes à Lire. Pour cette raison, nous vous invitons à répondre à la question suivante :

Quelles sont, pour vous, les Fictions de Plume d’Argent où L’APPRENTISSAGE occupe une place centrale ?

Nous nous baserons sur vos suggestions pour établir la liste des prochains candidats au ruban bleu ! Merci d’avance pour votre participation ♥

 

Le zoo des plumes

Chroniques d’une IRL printanière

Même si elle semblait placée sous le signe de la poisse (changement de lieu, plusieurs désistements de Plumes – parfois involontaires –, retards de transports…), cette rencontre dans la campagne grenobloise a su conserver une joyeuse ambiance de douce folie, agrémentée de moments calmes, de discussions plus ou moins sérieuses et, surtout, d’activités délirantes concoctées avec un amour blobesque !

Voici tout d’abord un échantillon de quelques savoureux extraits tirés de l’atelier d’écriture organisé par Lou : vous verrez que les Plumes se sont joyeusement prêtées aux divers exercices proposés !

(Annonce : vous avez conservé vos participations ? N’hésitez pas à les partager avec nous sur le topic du Journal !)

 

Vous trouverez également, disséminées ici et là, quelques photos pour illustrer les moments forts de cette rencontre !

(Annonce : vous avez pu capter d’autres instants épiques/embarrassants/émouvants/délirants ? N’hésitez pas à les partager sur le topic du Journal !)

 

Moitié-moitié

Chaque participant s’est retrouvé avec une page du texte d’une autre Plume. Il fallait le plier en deux dans le sens de la longueur et chercher à combler les trous (en italique dans le texte)… de la manière la plus fidèle, la plus loufoque ou la plus scatophile possible.

 

Arlequine-Danah (Ascendia)

Le noir complet. La lueur vacillante d’une flammekueche éclaire le mur. Le sol est humide, sombre. Il y a comme une vieille odeur d’oignons frits. Je me retourne, et sens la sueur perler sur mon front. J’ai le ventre qui gargouille. L’odeur de plus en plus forte. J’ai l’impression d’être observée par le petit Tröll en kilt.

J’avance et fais volte-face vers le mur. Il a changé. Ma parole ! Le Tröll sort une nappe fleurie aux motifs rouges. Les plaintes dégoulinent comme la crème fraîche. Une piqûre sûrement. Une piqûre de guêpe mutante. Il n’y a rien. En effet, ce n’était qu’une illusion. Encore un tour du Tröll farceur ! La faim n’en est pas une. J’ai les cheveux coupés au carré, mais quel rapport ? C’est tout moi ! Je tâte mon visage et retrouve bien mes tractopelles. Ouf ! Je reviens à ce mur qui m’intrigue. Il est redevenu comme avant, gris et sans flammekueche. Il n’y a vraiment plus rien.

Je lève les yeux et découvre un objet. Je ne le vole pas tout de suite – je suis kleptomane. Une poire suspendue à un crochet. Elle me paraît énorme. Et à lavement. Chouette, il me la faut tout de suite.

J’essaie de tendre ma main vers elle pour la saisir par le bulbe. Je la chope.

Je me mets à courir mais la clef est toujours inaccessible. Heureusement, la poire ouvre la serrure. Je continue dans ma course. Toujours cette même flammekueche qui m’éclaire. Et d’un coup tout s’arrête, la fille surgit derrière moi  – la Tröllette – elle remue du kilt. J’ai l’impression d’avoir quitté mon corps, de ne plus être en possession de tous mes poils. La poire-clef. Mes doigts la frôlent. Le temps s’arrête. Il n’y a plus de Tröllette. Ni de flammekueche. Juste le néant. Est-ce là son prix ? Le vide ? La faim ? Je ne me rappelle même plus qui je suis ni où je vais.

Alors que je suis sur le point de l’attraper, une ombre surgit et dérobe ma poire par l’arrière. Mes poumons se contractent, le choc me coupe la respiration. Ouille. Je tombe au sol, le dos en compote. J’ai la tête qui tourne et ne sens plus mon dos, et mes fesses non plus.

 

Danah-Ery (Moonshine)

Il avait beau connaître l’heure et l’adresse du caca, il savait qu’il devait l’évacuer avant de verrouiller le vaisseau et de se diriger vers les toilettes publiques, sinon c’était trop propre. Il n’était motivé que par l’appréhension ; mais dès qu’il s’engagea dans la cuvette, Bowie se détendit un peu : personne ne le regardait en faisant une tronche de constipé. Lui, par contre, dévisageait tout le monde : touristes en jupe, marchant d’un pas prudent sous l’effet de la diarrhée, cacas chauves ou tatoués. Dans ce bouillon de cultures, une si petite crotte passait inaperçue. Approchant d’un lampadaire, Bowie profita de ce drôle d’anonymat pour faire un ptit pipi au passage.

(…)

Même s’il était ravi par ce plongeon en terrain miné, il fut déstabilisé par les bombes qui explosaient bruyamment en ralentissant au pied du Complexe. Les démineurs étaient tous bourrés. Mais il n’était pas trop tard pour une virée dans le quartier des anthropopithèques après sa rencontre avec Napoléon – même s’il n’aurait pas l’occasion de le rencontrer puisqu’il était mort en 1821, dans le hall, en jouant des coudes avec fureur ; il avait joué, et il avait perdu. Poil au cul.

« Complexe », comprit Bowie, était un joli merdier. Des cacas de toutes sortes étaient exposés sur des étagères sans nom, qui devaient appartenir au même propriétaire que le lampadaire de tout à l’heure. Bowie monta dessus pour voir par-dessus les têtes et tenter de repérer Napoléon, qui était pourtant bel et bien mort à Sainte-Hélène, avec

les yeux arrachés. Dans la semi-obscurité fumeuse, on pouvait distinguer des tricornes, des sombreros, quelques casques vikings et un béret, mais pas de fez à l’horizon.

 

Jowie – Slyth (Les Croyances de Bronwen)

Lorsqu’enfin elle atteignit l’écurie, l’elfe éternua juste à temps ! Déployés au maximum dans une mer noisette, se trouvaient des veilleurs de nuit. Elle frotta son front rougi ; elle venait de se prendre une colonne. Vivement le chemin de retournicoton !

(…)

Drapés jusqu’aux mollets dans leurs capes noisetières à la manière des morts vivants.

– Rendez-vous au cimetière chuchota allègrement le chef noisetier avant de rabattre son capuchon et d’entraîner Eleonara avec ses pinces de crabe.

Elle montra de la résistance en remarquant une verrue : les poils partaient du licol de Voulï et le reliaient à chaque face de sa silhouette. A tel point qu’il était incapable de bouger ou même de faire un tour sur lui-même. Voyant son air stupéfait, le chef noisetier se chargea de nourrir sa curiosité.

– En quel honneur a-t-on assemblé un attelage semblablement poilu ? Figure-toi que selon certains témoins (douteux, cela va de soi) notre maître les aurait récupérés sur un milicien. Il lui aurait arraché un doigt. Le majeur, lui, était rasé de près. Mais qui donc peut-être capable d’une atrocité pareille ?

Du coin de l’œil, Eleonara vit Sgarlaad croiser son regard : visiblement, il n’était pas  le seul à être dupe de la non-dangerosité apparente du gang des noisettes.

 

En pleine concentration durant l’atelier d’écriture
En pleine concentration durant l’atelier d’écriture

 

 

Le jeu du dictionnaire

Connaissez-vous ces drôles de mots ? La bonne définition est cachée parmi les autres, inventées par vos dévouées Plumes. Saurez-vous la retrouver ? (Et on ne triche pas, dans le fond !)

Vous trouverez la solution en toute fin d’article.

 

Gynécomaste

  1. Agglomérat de masses spongieuses au niveau du col de l’utérus
  2. Se dit d’un gynécologue massif
  3. Homme dont les mamelles sont aussi volumineuses que celles d’une femme
  4. Qui connaît bien les femmes
  5. Forme de gymnastique durant l’Antiquité
  6. Personne dont le métier est de mastiquer les organes féminins

 

Chionosphéréphile

  1. Qui aime les sphères de type chiono
  2. Qui aime dessiner des ronds
  3. Amateur de pétanque
  4. Collectionneur de boules à neige
  5. Qui aime les globes terrestres
  6. Personne ayant un goût prononcé pour les sphères de fromage italien

 

Anatidaephobie

  1. Peur d’être observé par un canard
  2. Peur de la pousse spontanée des poils de nez
  3. Phobie des calamars géants
  4. Peur qu’une météorite s’abatte sur le monde
  5. Peur des fruits de mer
  6. Peur des fourmis volantes

 

Fontaine ubérale

  1. Fontaine légendaire d’où coule la bière
  2. Fontaine de village
  3. Fontaine pour éteindre les incendies
  4. Fontaine avec de l’eau déshydratée
  5. Fontaine ornée de statues de femmes dont l’eau jaillit des mamelles
  6. Fontaine ayant la forme d’un taxi

 

Vinculum

  1. Fait d’écraser des insectes
  2. Bidet en argile
  3. Un jeune fabriquant de vin
  4. Se dit de quelqu’un qui a vaincu le vin
  5. Appareil datant du XIIIème siècle et permettant de boire le vin plus vite grâce à un système d’entonnoir
  6. Barre de fraction d’une division

 

Cucurbitaciste

  1. Raciste vis-à-vis des différentes sortes de cucurbitacées
  2. Collectionneur d’étiquettes de melon
  3. Éleveur de cucurbitacées
  4. Raciste envers les personnes qui mangent des concombres
  5. Expert en cucurbitacées
  6. Personne ayant une passion pour les cucurbitacées et dont le métier est de leur faire faire des roulades

 

 

Une partie des gagnantes de la cérémonie des Histoires d’Or (De haut en bas et de gauche à droite : Néné, Ery, Claquette, Jowie, Kitty, Jam, Danette, Lou)
Une partie des gagnantes de la cérémonie des Histoires d’Or
(De haut en bas et de gauche à droite : Néné, Ery, Claquette, Jowie, Kitty, Jam, Danette, Lou)

 

Poèmes – Le Vampire

 

Le crépuscule au soir venu

Goutte de sang sur l’oreiller

Au creux du lit ton corps nu

Et dans un verre, ton dentier

 

Ô ma douce Lulu !

Laisse-moi t’embrasser, cochonnet

Nous noyer dans un fût

Et cueillir des champignons aux lardons

 

Neila

 

Au détour d’une rue

Brumeuse et enfumée

Il tient des propos crus

À une jeune fée

Dans la sublimation

De ses grands yeux brillants

Rôde la tentation

De s’abreuver de sang

Ery

 

Peau de marbre sous le soleil

Sang séché sur ses incisives

Regard « so depressed » sans pareil

Parfois, il sent la lessive

 

Sur lui le temps n’a pas d’effet

De son regard sombre il regarde

Les enfants qui jonglent au mois de mai

Sur ses gardes.

 

Quinou

 

Il s’aventure à la nuit tombée,

Drapé d’étoiles et de pluie

Les pieds mouillés par la rosée

Et la face teintée d’ennui

Dans la maison il s’immisce

Laisse une offrande de deux fraises

Entre deux amants il se glisse

Puis part avec leurs charentaises

Elka

 

Les gonds grincent et la nuit est tombée

Dans le manoir tout noir le monstre se réveille

Une crampe à la fesse droite et un peu froid aux pieds

Il sort de son cercueil avec ses lunettes de soleil

 

Il a un peu faim alors il suçote un rat

Et va à la cuisine pour se servir une bière

Sa femme est là, cette grosse conne de Bella

Le vampire lâche un rot et lui fesse le derrière

 

Danah

 

Le soir il sort de sa maison

Alors que la lune éclaire les vallées

Pendant un temps il erre sans raison

Mais dès lors que paraît au sommet du clocher

L’ombre de sa vie de bonheur révolu

De tristesse il éclate et vers la falaise il court

Vers la maisonnette de couleur où il ne pleut plus

Et par la fenêtre il boit la joie et l’amour

Ethel

Dans son triste antre noir,

La chauve-souris sommeille.

Elle dort comme un loir

Sur des draps vermeils.

 

Minuit sonne enfin,

Le cercueil s’entrouvre.

Le vampire a faim,

Prends garde le Louvre.

 

Drago

 

Comme une ombre se glisse le monstre près d’elle

Dans le vertige de la nuit le froid d’un mort

Pâle souvenir d’une vie, amour éternel,

Des bras de ténèbres se referment sur son corps.

Veine bleue comme les cernes sous tes yeux, le cou

De la belle s’offre, blanc déjà comme un linceul

Quand son amant s’évapore il emporte tout

De sa vie, de la sienne, désormais ils sont seuls.

Rimeko

 

Les vampires ont les dents vraiment longues

Pourquoi ils ne les coupent pas, sont-ils trop cons ?

Et pourquoi en cape, pourquoi pas en tongs ?

Ils n’en ont jamais sauf dans ce truc en « tion »

 

Les yeux rouges aussi, ont-ils des lasers ?

Dans ce cas sont-ils des vampires Jedi,

Ou en ont-ils juste l’air ?

S’ils te voient du coup, ça fait « pioo » ou tu fais Aïe ?

 

Lyra

 

On lui connaît des dents pointues

Un appétit pour la chair fraîche

Dans l’ombre de la nuit, il tue

S’il se rate, c’est la dèche

La peau scintillante devant l’astre solaire

Non mais allô quoi !

Au fond, ce n’est qu’un vieux grégaire

Qui, par-dessus tout, craint les croix

Slyth

13214426_1721188571473545_870208529_o
Fin de cérémonie… quand les nerfs lâchent

 

 

Quelques souvenirs en images

Car oui, que serait une IRL Plumesque sans quelques citations des participants soigneusement consignées (en secret… au début) par Rimeko ?

Ou sans quelques photos (de Riri, toujours sur le coup) de ces moments privilégiés passés ensemble ?

 

Moment de lecture mené par Ery (avec une audience sous le charme de sa voix mélodieuse)
Moment de lecture mené par Ery (avec une audience sous le charme de sa voix mélodieuse)

 

Pour terminer en beauté, voici un petit florilège des paroles échangées durant ces quelques jours… sorties de leur contexte évidemment (parce que c’est bien plus drôle) et accompagnées de charmantes images qui viennent souligner leur ampleur cosmique !

 

citations (4)

citations

citations (3)

citations (2)

citations (5)

 

(Les bonnes réponses étaient : 3, 4, 1, 5, 6, 2)

 

Ces morceaux choisis de l’IRL ont été collectés et reconstitués par EryBlack et Slyth ^_^ Merci encore à Rimeko pour sa participation !

Œuvres animalières

 

instinct

Instinct de Vincent Villeminot

« Tim ne garde qu’un souvenir troublant de l’accident. Quand il a repris conscience, il était une bête féroce, avide de chasse et de sang. A-t-il rêvé ? Ce n’est pas l’avis du professeur McIntyre, psychiatre singulier, qui l’emmène dans son institut de recherche où vivent d’autres initiés, tous sujets à des métamorphoses animales. C’est là que Tim rencontre Shariff et surtout Flora, une jeune fille séduisante et insaisissable… »

Vincent Villeminot est de ces auteurs qui ne ménagent pas leurs lecteurs. Qu’importe le sujet, il saura y apporter une touche plus sombre, plus troublante. La transformation animale est ici différente pour tout le monde ; chez certains elle est évitable, pour d’autre c’est un fardeau avec lequel ils leur faut vivre.
Une trilogie prenante, qui a le bon goût de ne pas s’enfoncer dans la facilité, bien au contraire.

 


Le dernier loup-garou de Glen Duncan

« Pourchassé par des tueurs fanatiques qui ont juré de lui trancher la tête, protégé contre son gré par une organisation secrète désireuse de vivre au grand jour, Jake a décidé d’arrêter de fuir. La prochaine pleine lune sera sa dernière.
« Va où tu peux, meurs où tu dois. »
Mais pour le vieux loup-garou suicidaire et blasé, rien ne va se dérouler comme prévu.
Par définition, l’amour est imprévisible. »

Ce roman fut une agréable découverte, notamment grâce au personnage principal dont le cynisme tire des sourires. Ici, les lycans vivent longtemps… très longtemps, et les chasser est un métier qui dure depuis de nombreuses années.
Tome unique.

 


Animorphs de K.A. Applegate

Alors qu’ils décident de couper par le chantier pour rentrer chez eux, Jake, Marco, Cassie, Tobias et Rachel assiste à l’atterrissage catastrophe d’un vaisseaux extra-terrestre. A son bord, le prince Elfangor, du peuple des andalites. Ce-dernier a juste le temps de les prévenir : la Terre est déjà envahie par les Yirks, une race dominante de la galaxie. Pour qu’ils se défendent en attendant de l’aide, le prince Elfangor leur confie le pouvoir de se transformer en animal.

Je ne pouvais pas ne pas mentionner cette série de 48 tomes qui a bercé mon enfance. La transformation animale y est totale : physique et mentale. Les humains devaient toujours lutter contre les instincts primaires, se rappeler qui ils étaient pour ne pas s’oublier dans ce corps qui n’était pas le leur.
Derrière ça on y parlait de familles, d’amitié, de luttes… J’en garde un délicieux souvenir !

 


Fruits Basket de Natsuki Takaya

Tohru Honda, lycéenne, vit sous une tente depuis la mort de sa mère. Recueillie par la famille Soma à la suite de quelques péripéties, elle va accidentellement découvrir leur plus grand secret : treize membres de cette famille sont hantés par l’esprit d’un animal du Zodiaque chinois, dont ils prennent la forme quand une personne du sexe opposé les heurte.

Nous sommes plusieurs Plumettes à éprouver un amour bruyant, larmoyant et éternel pour cette série de mangas. Pourquoi ? Parce que tous ses personnages sont hyper attachants (même les secondaires qui ne sont pas laissés de côté !). Parce que derrière la thématique fantastique de la malédiction animale, Natsuki Takaya aborde des questions qui touchent juste, là au creux du ventre, où ça peut faire mal. Parce qu’entre trois fous rires et deux crises de larmes, ce manga propose aussi de véritables leçons de vie.
Série en 23 tomes. Longueur parfaite, fin parfaite. Je vais me les relire, tiens.

 

Les Fourmis de Bernard Werber

Dans le monde que nous connaissons, Jonathan Wells hérite de la maison de son oncle biologiste Edmond Wells. Rapidement, il s’avère que la cave cache de nombreux secrets, et toutes les personnes qui tentent d’y pénétrer disparaissent les unes après les autres.
Dans le petit monde méconnu des fourmis, 327è part en expédition avec vingt-huit de ses congénères. Alors qu’elles sont en train de rentrer à Bel-o-kan, leur cité, quelque chose de très rapide les attaque et tue toutes les fourmis de l’expédition, à l’exception de 327è qui se lance dans une enquête pour protéger sa fourmilière.
Entre énigmes et chausse-trappes, les humains et les fourmis vont être confrontés à des épreuves inédites.

Ce roman m’a complètement passionnée – il fait partie de ceux que je ne suis pas parvenue à lâcher, même pendant les cours. Ce qui fait son originalité, bien sûr, c’est cette immersion dans la vie d’insectes dont on ne soupçonne pas l’intelligence. C’est sans doute romancé, mais j’ai trouvé ça très réaliste et bien documenté, et ça m’a confirmée dans mon affection pour ces petites bêtes. Côté humain, les énigmes de la cave m’ont aussi bien remué les méninges. Ce livre est extrêmement bien construit – son seul défaut, c’est sa suite, nettement moins bonne… Mais le tome 1 peut se lire seul et je vous le recommande de tout mon cœur !
Série en 3 volumes.

 

Cette sélection vous a été présentée par Elka et EryBlack ^_^