Les héroïnes en marge du Cycle des Esprits

/!\ Cet article contient des spoilers

La différence
au cœur de l’histoire

«  Diversity is strength. Difference is a teacher. Fear difference, you’ll learn nothing. » »
— Hannah Gadsby, Nanette

Je n’ai illustré qu’une seule fiction PAenne dans cet article, mais notez que chaque fiction que j’ai lue jusqu’ici sur Plume d’Argent était riche en diversité et source d’enseignement. Des personnages aux physiques variés de GueuledeLoup aux personnalités troublantes créées par Dédé, en passant par les fines équipes de Danah dans Moonshine ; nous avons de quoi nous régaler pour des lustres !

Ce qui nous rassemble, dans notre communauté argenté, c’est bien ça : la différence. Mais aussi notre manière d’interagir avec, sans apriori, et de l’accueillir comme il se doit. Avec humanité. C’est, du moins, ce que j’ai toujours vu transparaître dans vos romans.

Sans plus attendre, découvrons ensemble les deux héroïnes marginales du Cycle des Esprits, un roman fantastique de Flammy !


Callune

(Le Cycle des Esprits, de Flammy)

Copyright : © Luposlipaphobya

«  Il lui restait une moitié de vie. Probablement à survivre, à subir les foudres de Hawk. Qu’importe. »  © Flammy

Rejetée par les siens, détestée par ceux qui l’accueillent, Callune n’a d’autre choix que de rester prostrée sur elle-même en espérant trouver grâce auprès des autres. Dès le départ, on la voit se battre pour que son statut d’anti-héroïne née ne la définisse pas. Sa plus belle qualité, c’est cette force mentale qui lui permet de survivre aux brimades, aux agressions, à la haine de ses pairs.

Callune est née différente : contrairement aux autres membres de sa famille, elle n’a aucun pouvoir. Cette différence est d’abord un fardeau, une honte, un tombeau, avant de devenir un semblant d’espoir. Parce qu’elle a permis à Callune d’aller là où sa famille ne s’est jamais aventurée, à la rencontre d’autres êtres, anormaux, qui se cachent pour éviter qu’on ne les chasse.

C’est là-bas, avec eux, qu’elle apprendra que la différence peut aussi muer en force lorsqu’on l’accepte enfin.

Lise

(Le Cycle des Esprits, de Flammy)

Copyright : © Luposlipaphobya

«  Une large cicatrice barrait sa peau. Elle caressa l’endroit et sentit une petite boursouflure. En fermant les paupières, elle en percevait d’autres, comme un réseau qui la recouvrait entièrement. »  © Flammy

En opposition parfaite avec Callune, Lise est une jeune femme qui assume son caractère impétueux au grand jour, quitte à froisser ses camarades ou ses plus proches amis. Elle n’hésite pas à dire ce qu’elle pense, elle l’ouvre même quand elle est en tort. Lise est déterminée, Lise est en colère. Mais surtout, Lise est marquée par un traumatisme qu’elle a oublié.

Son corps et son mental, d’apparence ordinaires, cachent de profondes cicatrices, restes de sévices que des fous lui ont fait subir. Et quand ses souvenirs remontent, Lise s’aperçoit que c’est avec cette différence, ce lourd passé, qu’elle va devoir vivre pour le restant de ses jours. Commence alors pour notre vaillante héroïne un long chemin vers l’acceptation, pavé de doutes et de peurs…


Évidemment, le Cycle des Esprits recèle de pépites en terme de personnages, tous plus variés les uns que les autres, autant physiquement que mentalement. Ces deux héroïnes ne sont qu’une bribe du monde qu’a construit Flammy. Pour explorer davantage ce thème dans d’autres fictions, je vous conseille de regarder le stand-up d’Hannah Gadsby, Nanette (disponible sur Netflix), qui aborde la question de la différence et de la perception d’autrui avec beaucoup de finesse.

Léthouillement vôtre,

Léthé

6 commentaires à propos de “Les héroïnes en marge du Cycle des Esprits

  1. Tes illustrations sont magnifiques et reflètent l’étendue de ton talent. Je suis toujours aussi fan de tes dessins, des ambiances que tu arrives à créer, de ton style. Bravo !

    Petit aparte : pour mes personnalités troublantes, tu parles d’Atrocités, je suppose ? xD (dire que tu as survécu à ça… je t’admire encore plus ! :D).

    • Merciiii Dédé pour tous ces beaux compliments !
      Pour l’ambiance, il faut dire que j’étais bien inspirée, comme je suis une fan de CE depuis le premier jour !

      Et oui, je parlais d’Atrocités xDD
      Je ne sais pas comment j’y ai survécu. Je crois que le pire c’est que ça ne me semblait pas si atroce que ça. Qui n’aime pas un peu de cannibalisme de temps à autre ? <3

Laisser un commentaire