Récit #1 – Avoir une feuille de route

Conseil d’écriture de Sélène & PA

Dans le cadre de notre partenariat, l’agence Sélène nous a communiqué une liste des erreurs les plus fréquentes dans les romans en recherche d’éditeur. Nous avons conjointement décidé de vous transmettre chaque conseil de Sélène, accompagné de pistes de réflexion.

Le conseil de Sélène :

Vous devez absolument connaître la fin de votre histoire et son développement. Il est possible d’ajouter ou de supprimer des idées en cours de route, mais vous devez avoir un canevas en tête.

Une écriture au fil des envies qui trouve son fil conducteur dans les dernières pages se ressent à la lecture.

 

Commentaire de Plume d’Argent :

Nous sommes (très) nombreux à nous être déjà lancés dans la rédaction d’une histoire sans avoir établi de plan ni en connaître le dénouement. Jean-Claude Mourlevat dit lui-même, de façon très poétique, qu’il écrit « à la lanterne », en ne voyant de son récit que la prochaine étape sans avoir la moindre idée de la manière dont l’intrigue va évoluer et se conclure. Si vous faites partie des auteurs qui ne s’épanouissent que dans l’improvisation, et qui y excellent par-dessus le marché, ce conseil ne vous parlera sans doute pas. Mais si vous avez tendance à collectionner les révélations qui tombent comme des cheveux sur la soupe, les incohérences dans les informations, les détails que vous n’exploitez jamais, les actions qui se dispersent ou qui se répètent, les coups de théâtre qui arrangent bien l’auteur et les longs flous pas si artistiques que ça, alors voici quelques pistes de réflexion.

Quelle est mon action principale ?

L’action principale est votre fil directeur, c’est en quelque sorte « l’objectif » de votre héros – qui peut d’ailleurs être un antihéros ou un ensemble de héros/antihéros (une famille, un équipage). Cet objectif peut venir de lui ou lui avoir été imposé par des circonstances extérieures. Une sirène veut devenir humaine. Esteban, Zia et Tao recherchent les Cités d’or. Des nobles se battent pour s’asseoir sur le trône de fer. Emma Bovary lutte contre l’ennui. Shrek aimerait désquatter son marais.

L’action principale peut évidemment se ramifier en plusieurs intrigues (quête, enquête, amour, vengeance, sauvetage, évasion, etc.) qui peuvent elles-mêmes se subdiviser en sous-intrigues, chacune suivant un ou plusieurs personnages. D’une façon ou d’une autre, directement ou indirectement, les intrigues finissent par converger, s’impacter mutuellement. L’important, pour ne pas perdre le fil, est qu’elles gardent un lien avec votre action principale.

Quel est mon dénouement ?

Votre héros/antihéros/groupe-de-héros va-t-il ou non atteindre son objectif ? Si vous pouvez répondre à cette question, c’est que vous connaissez déjà votre dénouement, quelle que soit la forme qu’il prendra.

• Oui, il atteindra son objectif et la conclusion sera heureuse et apaisée.
• Oui, il atteindra son objectif mais il a dû sacrifier quelque chose pour y parvenir ou alors il s’aperçoit qu’il s’est trompé d’objectif dès le départ.
• Non, il n’atteint pas son objectif, par échec ou par choix, mais il réalise que c’est un mal pour un bien.
• Non, il n’atteindra jamais son objectif et il devra vivre (ou pas) avec.

Chacune de ces réponses transmettra un message très spécifique à votre lecteur et de la connaître (encore une fois sans nécessairement savoir à l’avance comment elle prendra forme) peut influencer l’écriture même de votre récit.

Et si vraiment vous ne pouvez pas y répondre, gardez au moins la question à l’esprit, chapitre après chapitre, tome après tome : mon ou mes héros atteindront-ils leur/s objectif/s ? Elle nourrira votre suspense.

Quelle est ma force d’opposition ?

La force d’opposition est tout ce qui va se mettre entre votre héros/antihéros/groupe-de-héros et son objectif du début à la fin. Elle peut être extérieure (l’antagoniste, le rival, la catastrophe naturelle), intérieure (les blocages, les peurs, les doutes, les malentendus) ou les deux à la fois. Plus la force d’opposition est importante, plus votre récit gagne en intensité dramatique.

Dois-je faire un plan avant d’écrire ?

Il n’y a pas une seule bonne méthode, chaque auteur finit par développer la sienne au fil de l’expérience. Faire un plan n’a rien d’une obligation : Stephen King n’en faisait pas lui-même pour laisser de la place à l’inattendu. Se laisser des zones de blanc, des marges, c’est important aussi : l’écriture possède sa propre dynamique et certaines de nos meilleures idées naissent dans l’imprévu. Si vous avez besoin de repères, vous pouvez juste poser les grands jalons de votre histoire. Avec des logiciels spécialisés (Scrivener, Aeon timeline) ou avec un simple tableau blanc, il est possible de poser une étape du récit sur un post-it : une couleur pour ce qui concerne l’action principale, une couleur différente pour chaque intrigue secondaire, une couleur pour les lieux, etc. Vous pouvez ainsi décomposer votre action principale en sous-actions, décider d’introduire un élément plus tôt ou d’en reporter un plus tard, etc.

En fait, c’est même une chose que vous pouvez faire a posteriori, après avoir écrit le premier jet de votre roman. Vous aurez ainsi une vue d’ensemble sur la répartition de vos informations, de vos enjeux, de vos actions. Est-ce que tel élément ne gagnerait pas à être introduit plus tôt ? Est-ce qu’il n’y a pas un trop-plein de péripéties ici et un manque de tension dramatique là ? Se poser ces questions peut vous aider dans un travail de réécriture.

Exemple d’étapes narratives (merci à Shrek qui s’est porté volontaire pour les illustrer)

• La situation initiale
Shrek est un ogre qui vit seul et pépère dans son marais.

• L’élément déclencheur
Des réfugiés viennent squatter le marais de Shrek pour échapper à Lord Farquaad.

• L’introduction de la force d’opposition (intérieure, extérieure)
Lord Farquaad est un tyran dont les persécutions affectent la vie de Shrek.

• L’objectif du héros (ou de l’antihéros)
Shrek veut se retrouver à nouveau seul et pépère dans son marais.

• Le plan du héros (ou de l’antihéros)
Shrek part délivrer la princesse Fiona d’un dragon pour Lord Farquaad en échange d’un désquattage en règle de son marais.

• L’allié (ou le faux allié)
L’âne s’incruste de force dans la quête de Shrek.

• Le climax
Temps fort du récit où Shrek délivre Fiona du dragon.

• La révélation d’une nouvelle force d’opposition (intérieure, extérieure)
Skrek a peur du rejet : il se débat contre ses sentiments naissants envers Fiona – et l’âne.

• Le coup de théâtre
En fait, la princesse Fiona se transforme en ogresse la nuit et elle a la même peur que Shrek. Seul l’âne le sait.

• Le retournement de situation
Shrek croit que Fiona le traite de monstre dans son dos quand elle parle d’elle à l’âne. Alors qu’il était sur le point d’ouvrir son cœur, il change d’avis.

• Le (non) retour à la situation initiale ou l’apparente défaite
Shrek remet Fiona à Lord Farquaad, se fâche avec l’âne et retrouve son marais, sa solitude et sa pépèritude. Il a atteint son objectif, mais il n’est pas heureux.

• La résolution
Grâce à l’âne, Shrek réalise qu’il ne veut plus vivre seul et pépère dans son marais. Son aventure l’a changé.

• La confrontation finale
Shrek se confronte à Lord Farquaad et à sa peur du rejet en avouant ses sentiments à Fiona en pleine cérémonie du mariage.

• Le climax final
La tension dramatique est à son comble. Lord Farquaad a une armée trop puissante qui essaie de séparer Shrek et Fiona.

• Le dénouement
Le dragon bouffe Lord Farquaad et Shrek retourne vivre dans son marais avec Fiona. Et l’âne. À petites doses.

• Le nouvel équilibre
Plus de Lord Farquaad, plus de dictature. Shrek a changé le monde au-delà de son marais en se changeant lui-même.

• La morale de l’histoire
Allez voir Shrek.

(Attention, ces étapes sont citées à titre indicatif, ce sont des pistes de réflexion : il appartient à chaque auteur de se les réapproprier, de les questionner, d’en changer s’il le souhaite, d’en créer de nouvelles, de changer leur ordre, etc. Un élément déclencheur peut par exemple n’être révélé qu’au milieu du récit.)

Et vous ? Avez-vous des astuces ou des questionnements à partager pour construire votre feuille de route ?

>> Venez en discuter sur le forum de Plume d’Argent !

Laisser un commentaire