Les enquêtes de Dédé #3

L’enquête du mois d’Octobre : «La famille PAenne, kesako ?»

C’est là que tout a commencé et que la rédaction a réagi…

«Chère rédaction, le PAen se base sur des thèmes chaque semaine. Il faudrait penser à les respecter un peu, de temps en temps. Tout le temps, en fait. Le thème de ce trimestre est la famille. N’oubliez pas qu’il faut enquêter sur la Communauté Plume d’Argent. Bref, débrouillez-vous avec tout cela. Et je veux l’article pour le 22 de ce mois.» (Cristal, le 4 octobre 2017).

La lecture de ce message brodé sur une grande écharpe a glacé le sang de toute la rédaction. De fait, nous avons laissé tomber notre article sur les mystérieux tics de Tac pour nous concentrer sur cette fameuse famille.

Une enquête qui pourrait demander une immersion dans ladite communauté…

Ornikar et Lady Gisèle, membres de la rédaction des Potins PAens, ont parlé à Grouh qui les a mis en contact avec quatre Plumes Argentés de la célèbre communauté. Cela a l’air facile dit de cette manière mais il a fallu une dizaine de jours pour se faire comprendre de Grouh. Et vous aurez compris que nos délais sont assez serrés. Comme l’a dit La Fontaine une fois, patience et longueur de temps, tout ça… Et Grouh était notre seul atout pour parvenir à nos fins.

La rédaction est allée creuser la définition-même de la famille (et les Potins PAens n’ont jamais été aussi sérieux dans leur démarche).

Nous soupçonnons Grouh d’avoir menacé Beul, Léthé, Flammy et Tac pour qu’elles puissent répondre à nos questions. Puisque le temps presse, nous avons fermé les yeux sur les méthodes grouh-teuses de notre cher indic.

Donc, la famille… De l’extérieur, Plume d’Argent a l’air d’une communauté bien soudée, comme une famille au fond. Et lorsque nous avons réuni les Plumes-témoins dans la salle d’interview de notre rédaction, ceci a paru encore plus évident :

Tac : Ben moi ça m’a très vite sauté aux yeux. J’ai débarqué ici après une crise d’angoisse, et trois jours après il y avait une nuit d’écriture (c’était celle de septembre). J’étais perdue entre tous les pseudos (surtout Jam, que tout le monde appelait Jam alors que son pseudo était encore Steven-Sami Doigtcoupés, et que j’osais à peine appeler Sami parce que j’étais pas sûre d’être légitime d’abréger son pseudo alors qu’on s’ connaissait à peine ! Oui je suis trop respectueuse… d’ailleurs maintenant je n’ai plus aucun scrupule !)

Léthé : PA c’est une famille et sans doute ma famille de cœur. Je ne parle pas à beaucoup de gens, de manière générale, j’ai toujours été solitaire et je n’aime pas particulièrement la société (est-ce qu’on sent l’ermite en moi ? Je crois que oui !).

Beul : Je dirais même que c’est une famille en mieux, parce qu’on a plaisir à être ensemble, alors que malheureusement certains et certaines sont liés IRL à des familles de sang qu’ils n’ont pas toujours envie de fréquenter.

Léthé : Mais jamais ça ne m’a dérangée de discuter avec les Plumes, que ce soit via le PAchat, sur messenger, ou dans la vraie vie…

Flammy : Pour donner une idée de l’aspect famille, il faut mettre un peu de contexte. Cela fait quelque temps que je traîne sur PA. Depuis que je suis passée par le lycée pour dire. Je suis arrivée, un peu par hasard, et je me suis tout de suite sentie comme chez moi, pourtant ce n’était pas mon premier forum, mais c’était la première fois où la mayonnaise prenait aussi bien. Les petites chicanes avec Clo, les projets de renversements d’Honey, la maltraitance de Cricri, j’avais l’impression d’avoir été là depuis toujours, j’étais même plus à l’aise que dans ma propre famille. Et puis le temps a passé. Quand je suis partie en étude, j’ai emmené PA dans ma poche. Du coup, la séparation avec mes parents a plutôt été très bien vécue, vu que je pouvais geeker autant que je voulais. Enfin. Et dès qu’il y avait un souci, j’avais un endroit pour râler, pour raconter mes malheurs, et il y a toujours eu une oreille attentive. Et mine de rien, ça fait un bien fou, de savoir qu’on emporte ses amis, sa famille toujours dans sa poche et qu’il suffit de poster un message sur le forum ! Pour mon départ à Lyon, de l’autre côté de la France, j’étais plutôt surexcitée qu’autre chose ! Ba oui, il y avait une IRL de prévue ce jour-là à Lyon. Qu’espérer de mieux pour bien vivre un déménagement ?

Beul : Et puis il y a bien entendu tout le côté entraide, la bienveillance générale des uns envers les autres. Je ne crois pas en faire des caisses ni nous jeter trop de fleurs en disant ça, parce que des personnes extérieures à PA nous ont déjà fait savoir qu’elles étaient étonnées de la manière dont les Plumes se soutiennent. J’irais presque jusqu’à parler d’un instinct de tribu, de protection. L’émulation quand l’une réussit, la compassion quand l’une va mal. On veut s’entre-tirer vers le haut, vers le mieux. C’est un travail d’équipe, d’être auteur sur PA, et je ne sais pas si tout le monde s’en rend compte tant ça se fait de manière naturelle. Au-delà de l’écriture, y a un intérêt ingénu pour la personne qui se cache derrière l’auteur amateur, et c’est peut-être bien l’ingrédient qui fait que PA, plus qu’un site de scribouillards, c’est aussi une famille.

Tac : Je ne m’étais jamais posé trop de questions sur les communautés en ligne, je n’avais jamais appartenu à l’une d’entre elles… puis en trois jours voilà que j’étais addict ! Tout le monde s’entraide, se tape joyeusement dessus, y a des alliances, y a des changements de camps, des soudoiements, des coups dans le dos, des câlins… c’est Game of Thrones version scribouille, en fait, le tout étayé de mises en abîme lorsqu’on lit les textes des uns et des autres, et puis parfois on rêve d’une vie étrange, où on doit aller travailler, gagner de l’argent, dormir, manger, rencontrer des gens IRL…

Beul : Déjà, c’est rigolo, parce qu’il y a plusieurs générations qui co-évoluent sur PA sans que ce soit un problème (au contraire : plutôt une richesse). Ça pourrait être notre premier point commun avec le fonctionnement d’une vraie famille, à cela près que les échanges et l’ouverture font que chaque tranche d’âge a quelque chose à apporter à ses cadets et ses aînés – ce qui est peut-être moins évident dans la vraie vie familiale. Y a cette espèce de magie qui fait qu’on se considère tous sur un pied d’égalité face à l’écriture, peu importe depuis combien de temps on la pratique.

Flammy : Pour en avoir discuté avec des amis IRL (OUI, j’en ai, désolée pour l’infidélité), c’est vraiment une grande chance pour moi d’avoir PA avec moi. Je connais plein de gens qui vivent mal les changements de vie, de métier, de ville ou autre. Moi, j’ai jamais eu ce souci, parce que j’ai toujours eu un point fixe dans ma vie, ma petite famille PAenne, qui m’a toujours aidée à aller bien et m’a servi de repère. Les Plumes changent parfois. On regrette des départs, on regrette des arrivées (allez-y, psychosez pour savoir de qui je parle !), mais il y a toujours la même ambiance, la même impression d’avoir son panier au coin du feu avec le bol de Nesquik. Et même si parfois on va voir si le Nesquik est plus chargé en chocolat ailleurs, on finit toujours par revenir et retrouver tout naturellement sa place.

Beul : Y a encore un autre truc rigolo, c’est que les Plumes dites anciennes (dont on peut estimer qu’elle seraient témoin de l’évolution de PA depuis un petit bout de temps, par exemple) ne le sont souvent pas depuis si longtemps que ça. Il arrive un moment où tout le monde a sa place si naturellement qu’il devient difficile de dire si telle Plume est arrivée dans la famille il y a cinq mois ou cinq ans. Là où je veux en venir c’est que l’ancienneté n’entre pas en compte quand on parle d’appartenance à PA, un peu comme fonctionnent les liens familiaux. Tant qu’on en est à parler de « place », j’ajouterais que peu importe depuis combien de temps une Plume a disparu des réseaux, elle a toujours la sienne dans la mi-fa. Y a qu’à voir la fête que c’est quand l’une revient de son exil !

Léthé : Je discute régulièrement avec quatre-cinq qui sont devenues de grandes amies pour moi, et certaines connaissent toute ma vie de ces deux dernières années hahahaha ! Bon, j’exagère un peu, la distance fait que parfois c’est compliqué d’exposer tous les détails, mais honnêtement c’est tout comme.

Flammy : C’est ça pour moi pour moi qui fait la beauté de la famille PA, une ouverture d’esprit à tout épreuve. Et des nerfs d’acier pour réussir à me supporter depuis tout ce temps !

Sous le coup de l’émotion, à court de mouchoirs et de larmes, la rédaction a abordé un aspect de la question un peu plus léger…

Lady Gisèle a laissé Ornikar utiliser le dernier mouchoir et en a profité pour demander aux Plumes à quoi ressemblait l’arbre généalogique de Plume d’Argent. En échangeant un regard, les quatre Plumes ont toutes éclaté de rire avant de nous répondre :

Beul : Avec le temps et les ramifications j’ai un peu perdu le compte de qui est étroitement lié à qui dans l’arbre familial chaotique qu’est celui de PA. Je sais que je suis cousine de Sej par le sang triton qui coule dans mes veines et demi-sœur de Neila de par notre mère la sainte chèvre. C’est déjà bien, dites, je me souviens de mes propres origines.

Tac : Je me doutais qu’il y avait un arbre généalogique PAen. Ma marraine c’est Cliène, je suis en couple avec Milyana, laquelle me trompe parfois avec Mart même si elle dit que c’est juste une relation ALP (Amour Littéraire Platonique). Et puis Jam est ma sœur de descente aux Enfers.

Léthé : Concernant cet arbre généalogique, au début tout ce qu’on savait c’était qu’Honey était comme un dieu : à l’origine de tout et de tout le monde. C’est elle qui a créé le forum et les admines. Quand je suis arrivée, Danette et Cricri étaient mariées et avaient adopté Flamby, et ça c’était la toute première famille. Il faut bien dire ce qui est : j’ai beaucoup contribué à l’agrandissement de cet arbre.

Flammy : Alooooors. Je suis au centre de cet arbre, puisse ma modestie naturelle me pardonner ! Commençons par le commencement et sortez les mouchoirs, ma vie est digne des malheurs de Sophie ! Un jour, alors que j’errais dans le froid, la faim et la solitude, Cricri m’a recueillie. BIM, première môman adoptive. Sauf que Cricri a toujours été trop gentille et permissive avec mes envies de dominatatation du monde. Julia ne pouvait pas accepter ça. BIM. Deuxième môman adoptive. Sauf qu’un jour, Julia a abandonné son foyer et est partie voguer vers d’autres cieux. Et quelques années après, j’ai appris de la manière la plus inadéquate possible (je suis toujours traumatisée) que Cricri s’était consolée du départ de Julia avec Danette. BIM. Premier pôpa adoptif.

Léthé : Non seulement [j’ai contribué à l’agrandissement] en me mariant moi-même (deux fois) et en engendrant trois enfants (une licorne errante sur le PAchat, Flamby et Mando), mais aussi en mariant de force beaucoup de membres du forum.

Flammy : Un jour, j’ai rencontré Léthé, et avec notre amour commun pour Adlet, nous avons vécu une idylle merveilleuse. BIM. Premier enfant à trois, ce qui a donné Mando. Sauf que… DRAMA ! Peu de temps après, j’ai appris qu’en réalité, Léthé était en couple avec Sej ! Et qu’en plus, elles étaient mes mères biologiques. BIM BIM. Deux mères biologiques. Et en plus, on a appris à ce moment là que Sej et Léthé avaient eu d’autres enfants (une pelletée d’ailleurs). BIIIIM. Une pelletée de sœurs biologiques. Il y a eu notamment Cam comme sœur, sauf que suite a un bug spatio-temporel, Cam s’est retrouvée en couple avec Sej avant que la Grenouille ne soit avec Léthé. BIM. Une soeur-belle-mère. Et en plus, elles ont eu ensemble une licorne ! BIM. Une demi-soeur.

Tac : Ah, j’oubliais, je suis apprentie tortionnaire auprès de Seja, depuis qu’elle m’a coincée au fond du chat, un Chaton-garou sous la gorge… Et occasionnellement je suis le larbin de la Déesse culottée. Tout ça en un mois à peu près.

Beul : En tout cas je sais qu’on essaye de nous cacher des mariages et remariages dans tous les sens. Et des descendances tout aussi abracadabrantes qui découlent de chaque liaison. Des adoptions et de l’inceste.

Tac : Je pense déjà que Cricri est déjà la mère de tout. Mais comme c’est dur de s’occuper de ses enfants, elle a délégué à Seja et Dan. Chalice est l’engeance directe de Seja, et Dan a pour enfant Dédé et Léthé, qui sont un peu plus modérés, en dépit de leurs pulsions. Il faut bien contrebalancer les faits et gestes de Flammy, la pupille de Chalice. Ensuite, il y a une autre branche, issue d’une plume dont on a perdu le nom. Personne ne se souvient de son nom, elle était probablement trop gentille pour être mémorable. Quoiqu’il en soit, ses rejetons forment une résistance à l’ère de terreur qu’essaient d’instaurer la grenouille et ses têtards : Cliène, Nana, Donna, Ethel. Là s’arrêtent mes recherches, mais je commence à pouvoir monter de bons dossiers…

Léthé : Avec Sej, on a eu une dizaine d’enfants adoptés (honnêtement, j’ai arrêté de les compter, elle en change comme de culottes, bref). Sans faire exprès, elle a également adopté mon ex-femme, Cam, ce qui fait que j’étais à la fois la mère et la divorcée de ma fille. Oui, c’est une situation particulièrement compliquée. Finalement, Sej a décidé de la renier, donc ça m’a évité de m’embourber dans cette situation.

Flammy : Pendant ce temps. PLUS DE DRAMA. Mando, incapable de tenir en place alors que c’était qu’un fœtus, a décidé de se marier avec Dé contre ma volonté. En fait, je voulais déjà pas le porter mais c’est un autre souci. BIM. Un gendre. Pendant ce temps, moi j’ai rencontré la personne la plus parfaite du monde, avec qui dessiner des Thorn en mode pervers, Loup. BIM. Une épouse. Il paraît aussi que Cricri a essayé d’adopter d’autres plumettes, mais elles ont toutes disparu dans des conditions étranges, mais c’est pas de ma faute. Naturellement. BIM. Rien du tout.

Léthé : Je suis mariée à Sej depuis un an et demi (le temps passe, comme on dit) et nous avons décidé de nous offrir un château, des serviteurs botrucs, ainsi que d’adopter Cha pour qu’elle ouvre au livreur de sushis (le portail est très loin de la porte d’entrée, au château).

Flammy : Voilà pour l’essentiel. Je crois. Il existe probablement d’autres familles PAennes, mais vu qu’elles sont pas liées avec moi, elles ne sont pas très importantes, non ? Quoi ?! Comment ça, je dois faire attention à mes chevilles ?

Tac : J’oubliais : je suis très intéressée par Elka et Rimeko. On les voit peu sur le chat, mais elles sont des choses à dissimuler. Je suis d’autant plus ravie d’être dans le groupe d’Halloween de Rim pour mieux mener mon investigation…

Flammy : Vous trouvez que ça fait beaucoup ? QUE NENNI. Je fais surtout du déni sur une bonne partie de l’arbre, vous n’avez que la partie émergée de l’iceberg là ! Ou c’est ma mémoire qui est particulièrement nulle, je ne me souviens jamais trop.

Beul : Nous sommes… très proches les uns des autres, c’est sûr. Serait-ce donc le secret de PA d’une si belle entente fraternelle ?

L’évocation de la famille fraternelle pleine de mariages et d’incestes a encore fait pleurer 42,7% de la rédaction des Potins… Tu parles d’un point de vue léger… Persuadés que nous détenons là des informations croustillantes, nous avons décidé de publier malgré tout.

Vu la quantité d’émotion soulevée par ce sujet «Famille», personne ne peut assurer que la rédaction suivra bien le thème du prochain trimestre. Notre budget est très limité et nous pouvons nous permettre de garder des paquets de mouchoirs à la cave. Les mouchoirs coûtent trop cher, vous savez… Donc, on fera peut-être à notre sauce. Parce que Cristal, en vrai, elle est gentille et qu’elle nous laisse carte blanche sur les sujets à aborder.

Pour finir, la rédaction remercie Beul, Flammy, Léthé et Tac pour leurs témoignages et Ethel pour avoir eu la patience de corriger les coquilles de l’article.

Et sinon, les scoops qu’il ne fallait pas rater pendant que nous étions occupés à enquêter :

– Dédé aurait un frère jumeau yougoslave du nom de Deydey et il ferait parfois sur le forum des choses affreuses qui ne sont en aucun cas l’œuvre de Dédé (comme envoyer Nana et Patbingsu à l’asile après une coopération intense dans le cadre du concours d’Halloween).

– Les membres du PAchat seraient plus divisés que jamais. Plus personne ne saurait à quel saint se vouer : la Culotte Pailletée de Chalice ou le Slip Divin de Dan (#TeamSlipDeDan).

– Sej serait obsédée par le sommeil de Beul au point de vouloir l’observer dormir toute la nuit (ceci serait aussi un bon prétexte pour ne pas aller bosser et pour retarder ses publications mensuelles de séries littéraires).

– Tac, Cliène et Milyana se seraient associées pour mettre en place sur Plume d’Argent une câlinothérapie à base de câlins collectifs tout en musique énergique et motivante.

8 commentaires à propos de “Les enquêtes de Dédé #3

  1. Vous êtes toujours aussi génial.e.s XD
    (Et en plus la première partie de l’article aura bien failli me faire pleurer, c’était trop chou ♡)

    • Ton commentaire me touche beaucoup, Cricri… (surtout vu la façon dont je t’ai décrite au début. par culpabilité, je me suis rattrapé à la fin ^^). Et oui, encore merci aux participantes ! C’était super chouette d’écrire cet article et j’en suis méga fier ! 😀

  2. Mwo c’était génial à lire!! J’ai trop rigolé!
    Je compte quand même arrêté mon abonnement pour un mois en signe de protestation contre la team SlipdeDan! La Culotte Pailletée règnera!

    • Je voulais refléter l’esprit de PA et représenter les « anciens » autant que les « nouveaux » car on se fait vite sa place ici et chacun a le droit de s’exprimer ou d’être mis en avant. C’est difficile de parler de tout le monde mais je vous aime tous autant que vous êtes ! :3 (Lady Gisèle en force !!!! :D)

Laisser un commentaire