Histoires d’or 2017

Au mois de mai, en des temps pré-hystériques, Plume d’Argent a organisé une nouvelle édition des Histoires d’Or qui a mis à l’honneur pas moins d’une soixantaine de textes nominés dans quinze catégories, avec une participation de quatre-cent-vingt-et-un votes et son poids équivalent en saucisses ailées. Vous pouvez retrouver tous les textes sélectionnés sur la plateforme la plus batraciennement chouette du monde et les lire sans modération.

Les résultats, tenus secrets dans le coffre-fort du QG, ont été divulgués au cours d’une cérémonie de remise des prix IRL qui s’est mémorablement déroulée ce 15 juillet.

Merci à nos cinéastes Reb et Neila ♥

Si, comme moi, les larmes d’émotion et les fous rires vous ont empêché de suivre qui a gagné quoi, vous trouverez ci-après la liste des histoires gagnantes qui ont décroché le p’tit ruban bleu !

L’exercice de style

Quand la mousse tousse (Seja)

Elle est loin, l’époque où la mousse poussait comme si de rien n’était. A présent, entre l’hiver et les coups de froid, elle n’est plus que l’ombre d’elle même. Mais elle est vaillante, la mousse, au grand dam de l’exterminateur.

Et pendant qu’elle lutte pour sa survie, quelque chose de nouveau approche par la mer…

L’histoire la plus drôle

1 fantôme, 17 Malédictions et un paquet d’embrouilles (Le_Herisson) – l’histoire a été depuis retirée par l’auteur

Cela fait trois ans trois quarts qu’Elspeth “E” Sondavian collectionne les petits boulots tout en assurant la garde de pas moins de dix-sept Malédictions accumulées par sa famille au fil des siècles. De la Salière au Bonnet, en passant par les Chaussures, la plupart sont relativement inoffensives, même si certaines pourraient devenir létales entre de mauvaises mains.

La vie de la jeune femme prend toutefois un tournant vers le pire lorsque le fantôme de son ennemie d’adolescence débarque dans sa chambre en exigeant qu’E élucide le mystère planant autour de son meurtre. Meurtre ayant naturellement eu lieu dans l’unique endroit au monde où la jeune femme s’est bien juré de ne jamais remettre les pieds…

La meilleure galerie de personnages

Le meilleur background

Moonshine (Danah)

La colonisation des planètes du système solaire était une question de survie pour la Première Humanité. La colonisation de leurs lunes, elle, était un accident.

Pour les empathes, télépathes ou clairvoyants qui y prospèrent aujourd’hui grâce au commerce frauduleux d’hydrogène ou au recel de tire-bouchons, ce fut une heureuse erreur. Mais les gouvernements planétiens ne voient pas leurs excentricités d’un bon œil, et ils pourraient décider de ramener les luniens dans le droit chemin ; si une menace plus grande et plus vaste ne venait pas bientôt bouleverser leurs priorités…

La meilleure histoire

Ville Noire (GueuleDeLoup)

« Au loin une sirène stridente retentit longuement, couvrant en partie le bruit mécanique et sifflant des pistons de la Machine.

D’immenses buildings d’une couleur noire et brillante montent vers le ciel, serrés les uns contre les autres. Le bruit de la sirène se rapproche et les enfants s’enfuient dans les rues étroites et malodorantes. Un vieillard se lève péniblement sous le regard neutre de Gyfu, puis disparaît parmi les ombres de la Ville Noire.

Gyfu regarde la Ville Noire qui palpite comme un monstre gigantesque, bercée par le bruit effroyable de la Machine.

Gyfu ne peut rien faire toute seule. Juste raconter.

Raconter la Famille. Les piliers. Le multivers.

Jusqu’à ce qu’elle puisse retrouver la trace de Lou. Et être libre à nouveau, peut-être. »

La meilleure histoire « Tranche de vie »

Astel (Ethel)

C’est l’histoire d’un ado.

La meilleure histoire de Fantastique

Fiesta sous les Mottes (Beul)

Elle vient d’emménager, travaille avec un superviseur un peu perché et exerce le doux métier de thanatopractrice ; mais malgré cette jolie liste, Marina n’est ni au bout de ses peines ni de ses surprises. Dans le cimetière auquel elle est rattachée, l’un des pensionnaires s’amuse effectivement à sortir de tombe tous les soirs et le macchabée n’est pas du genre coopératif lorsque vient le moment de le remettre en terre.

Entre quelques coups de pelle et du sort, autres frayeurs, longs moments de solitude et la sempiternelle question du « qu’est-ce que la vie, qu’est-ce que la mort ? », il s’avèrerait que le jeune homme décédé ait un message d’alerte à faire passer.

La meilleure histoire de Fantasy

La meilleure histoire de Polar/Mystère

La fiancée de papier (Celinours)

Cela fait maintenant cinquante ans que le Voile s’est déchiré et qu’Erret s’est révélé à un docker complètement beurré qui pissait son excès de pale ale dans la Tamise.

1899, à l’aube du XXème siècle, les créatures d’Erret et les hommes se sont mélangés et continuent d’apprendre à vivre ensemble dans un monde composite où les sirènes fricotent avec des maris adultères, où les dandys parient sur des matchs de boxes de loups-garous, où les sorciers fabriquent des philtres d’amour pour les vieilles filles esseulées et où les fées servent d’ampoules.

C’est dans ce monde étrange que Pénélope Fish est assassinée à la Fabrique des Délices et qu’Oscar de Valbreuze, le fils bâtard du propriétaire de la prestigieuse Compagnie des Transports Transvoiles doit mener l’enquête pour retrouver Prunelle.

La meilleure histoire de Science-Fiction

Memoria (Jamreo)

« En 1630, John Winthrop, fondateur de la Massachusetts Bay en Amérique, disait de sa colonie qu’elle était perchée sur la colline du monde. The City upon a Hill, l’appelait-il. Perchée, parce que scrutée et admirée par la Terre entière, selon lui. Il était fier de sa jeune colonie et prêt à en faire un exemple pour tous les peuples, à travers tous les âges. Il fondait la Nouvelle-Angleterre et ses racines puritaines, strictes, axées sur la morale et la religion. Boston, ville du Massachusetts, n’était alors qu’un petit camp, déjà destinée par la force des choses à devenir le berceau de ces idéologies. »

La plus grande aventure

Derrière les Portes (Neila)

Imaginez une ville d’une blancheur éblouissante, où les hommes n’ont pas seulement rêvé la société parfaite mais l’ont créée. L’endroit au monde où le taux de criminalité est le plus bas, où famine, misère, meurtre et convoitise sont des mots étrangers, où tous se respectent et vivent selon les préceptes religieux et moraux les plus vertueux qui soient. Mais même la perfection à un prix : la tolérance zéro.

Maintenant imaginez des individus capables de tuer d’un seul regard, d’ouvrir la terre en deux, de répandre le chaos autant que la justice, s’affranchissant sans vergogne des lois qui régissent depuis toujours l’univers façonné par Dieu. Jusqu’où croyez-vous alors les hommes susceptibles d’aller pour défendre leur monde idyllique ? Jusqu’où croyez-vous que ce désir maladif de perfection les ait poussés ?

Peut-être jusqu’à l’irréparable…

Le coup au cœur

Meutes (Elka)

« Lysander était un drôle de type. Un drôle de type qui avait poussé Ismaël à acheter une boîte de gâteaux au supermarché pour se pointer chez lui, sac de cours sur l’épaule et l’excuse d’une dissert’ d’anglais sous le coude. »

Lysander Lancaster est surtout un loup-garou qui a passé une partie de sa jeune vie à déménager. Sa malédiction, il la connait, il a presque toujours vécu avec. Il sait que ce qui est devenu normal pour lui ne l’est pas pour les autres. Il sait aussi qu’il a beaucoup de chance, au vu de sa situation. À presque 18 ans il semble enfin intégré et heureux, surtout grâce à la présence de son ami Ismaël.

Mais c’était sans compter les doutes lancinants et les remises en questions qui viennent le frapper. C’était sans compter l’impression persistante d’être suivi et observé.

Le meilleur texte court

Dans le blanc (Itchane)

Elle est revenue.
Dans le noir de ma chambre, mon réveil vient de sonner. Je suis sous mes couvertures et je n’ai pas encore ouvert les yeux, mais je sens que l’air est plus dense, plus moite qu’à l’accoutumée.
Le silence est trop épais.

Petit duvet et Plume de l’ombre

Ansel & Cordel (Eilish)

Lucie Cordel ne pouvait espérer mieux qu’un mariage bourgeois en Normandie. Elle ne pouvait certainement pas prévoir qu’elle serait envoyée en Bluétie, ce petit pays frontalier de la France et de l’Angleterre, pour éponger une dette familiale.

Engagée comme assistante par M. Ansel, inventeur de mystérieuses machines, elle est tiraillée entre son désir de retrouver sa vie d’avant et sa curiosité face aux possibilités qui s’ouvrent à elle.

Comment se limiter à une vie sans histoire quand on peut sauter au XVème siècle en quelques minutes ? Et surtout, que penser de ce M. Ansel, pour qui l’argent gagné vaut bien quelques paradoxes ?

Rendez-vous en monde inconnu

La Trilogie du Grand Retour (EryBlack)

Vivre dans le Nord, ça signifie être en contact permanent avec une nature sauvage, et parfois dangereuse, que les gens du Sud ne connaissent pas. C’est là-bas que vit Endrin, dans l’auberge tenue par son père adoptif, Azar. Personne ne sait vraiment ce qui a bien pu conduire ce Sudiste à ouvrir une auberge au Nord ; personne ne connaît vraiment, non plus, les circonstances de la naissance d’Endrin ; et personne ne s’en est beaucoup préoccupé ces dernières années, car ils sont tous deux des membres de la communauté.

Mais cet hiver, alors que le grand Rassemblement saisonnier a commencé, il semblerait que certaines questions doivent trouver leurs réponses.

Pensée émue pour les organisatrices :

  • Danah
  • Seja
  • Flammy
  • Cristal (j’ai servi les nesquiks)

Et pour nos cameraplumes :

  • Reb
  • Neila

Un commentaire à propos de “Histoires d’or 2017

Laisser un commentaire